Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000460 - Village extension (BIRON)
Procédure  Arrêté 28/12/1977
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
BIRON  (24)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 716.58 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Les motivations d'inscription sont nombreuses :
- l'implantation remarquable du château qui domine 10 lieux à la ronde, sa qualité architecturale, son histoire et les vues qui se dégagent depuis ses abords.
- La qualité architecturale du bourg avec ses maisons anciennes.
Suite à l'inscription du château de Biron et du bourg en 1944, une extension du site inscrit a été envisagée "la zone de protection estimée étant trop limitée pour assurer la conservation de ce site de haute qualité". Cette extension fut effective le 28 décembre 1977.

Description du site :
Non loin de Monpazier, le château de Biron règne sur un territoire élargi. Sa silhouette se repère depuis la bastide de Monflanquin en Lot-et-Garonne, distante d’environ 15 kms. L’environnement du site est très large mais les co-visibilités proches sont protégées par le site inscrit élargi du village de Biron.

Le site inscrit initial est réduit et correspond au château, son enceinte fortifiée, accompagnés des proches bâtisses qui constituent le cœur de village. C’est pourquoi une extension aux abords du village fut faite en 1977. Le château est monumental, de même que l’église. Il est bâti sur une éminence, et présente des élévations très impressionnantes, supportées par des murs de soutènement qui renforcent cette impression. Chaque siècle a laissé son empreinte, du XII au XVIII ème. La partie de village incluse dans le site semble s’enrouler autour du relief. Le quartier en contre-bas , côté est, qui comprend une église à clocher peigne ne fait pas partie du site, de même que les quelques bâtiments en contre-bas, côté sud-ouest. Sous le château les prairies forment un glacis qui vient souligner la hauteur de l’édifice.
A l’entrée du village, au centre de la place, trône un monument aux morts, qui est devenu par le travail de l’artiste, Jochen Gerz « Le monument vivant de Biron » . Il a interrogé des habitants, si bien que le monument en pierre de Dordogne, recense 127 témoignages sur le sens de la vie, sur la guerre, le patriotisme, la solidarité… Il est intéressant de venir à la rencontre d’œuvre contemporaine de cette envergure, dans un contexte architectural patrimonial, l’histoire se poursuit, il n’y a pas d’arrêt sur image.
Aux abords de la voie se trouvent plusieurs poches de stationnement. Les vues sur l’extérieur, sur le paysage de Biron sont de grande qualité.

Le site inscrit élargi de 1977 correspond aux secteurs de co-visibilité directe avec le bourg et le château. La limite sud épouse la limite du département au niveau du ruisseau de Clairfond (borne jaune). A l’ouest, au nord et à l’est elle suit la limite communale.
L’espace rural est composé de zones ouvertes telles que les prairies ou les cultures où l’on trouve de nombreux fossés ; et des zones plus fermées, zones boisées, de feuillus principalement. Un ancien moulin à vent, au sud de Biron, implanté sur une colline aux formes douces est un beau motif dans le paysage. De même, plusieurs fermes sont disséminées dans le paysage.
De nombreuses ouvertures permettent des vues sur le château de Biron. Dans le site se trouve un lotissement, complètement invisible depuis le château. Cette zone bâtie de plusieurs maisons a été implantée derrière un relief boisé, à l’ouest du château. Les maisons sont assez récentes et les aménagements pas toujours soignés. Au sud du château aux Marios se trouve une entreprise de location de chalets en bois, installés dans le bois qui longe la route. Ceux-ci sont relativement peu visibles.
L’église avec le clocher peigne percée de trois baies campanaires et les habitations qui l’entourent font partie du site. Il s’agit exclusivement de maisons anciennes pour la plupart restaurées. La qualité de l’ensemble est remarquable.

Etat actuel du site

L’ensemble est remarquable, les maisons sont restaurées, le château mis en valeur avec sobriété. Il n’y a pas de fausse note apparente. Les vues depuis le château sont de qualité, pas de mitage de l’espace par de nouvelles constructions, mixité espace ouvert/espace boisé maintenue…

Enjeux et préconisations

- Conserver la qualité paysagère de l’environnement du château, préserver les vis à vis.
- Végétaliser les bordures des aires de stationnement ou de retournement avec des haies champêtres discontinues, pour limiter l’impact des à-plats blancs de surfaces de castine, en vues lointaines que ce soit en site ou en limite de celui-ci
- Conserver des espaces en prairie et préserver les vues sur le château depuis l’espace public.
- Eviter toute urbanisation en co-visibilité avec le château comme cela a été fait jusqu'à ce jour.
- Ne pas modifier le gabarit des voies.
- Travailler à la qualité des abords du lotissement situé dans le site élargi même s’il ne se trouve pas en vis à vis du château.

C’est un lieu remarquable, caractérisé par un ensemble bâti exceptionnel qui se dresse dans un paysage préservé. Seuls quelques détails d’intégrations seraient à améliorer.
Mais le site strict du village ne présente d’intérêt que dans la mesure où il se prolonge par l’extension.
On pourrait se demander si un classement ne serait pas plus en « phase » avec la qualité de l’architecture du château et de l’église.
Il faut continuer à protéger ces espaces agricoles et boisés en co-visibilités avec le château ou que l’on peut contempler de la terrasse haute du château, et même des espaces publics en contre-bas..

Ressources