Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000459 - Pointe Sainte-Barbe (extension)
Procédure  Arrêté 15/02/1988
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
SAINT-JEAN-DE-LUZ  (64)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété
Privé et collectivités

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 7.44 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

La pointe Ste Barbe très végétale, ferme à l’Est la Baie de St Jean-de-Luz, et fait face à la pointe et au fort de Socoa, symbole construit de la présence humaine.

Devant l’augmentation de la pression urbaine sur cette partie stratégique de la côte ayant fait l’objet d’une inscription en 1944, la partie côtière la plus visible a été classée en 1964 tandis qu’une « zone de protection » était instaurée en recul. Ce dispositif a été de nouveau renforcé en 1988 par suppression de la « zone de protection » et son remplacement par une extension du site classé sur toute la côte vers le nord jusqu’à Eromardy et légèrement du côté de St Jean de Luz, tandis que les espaces en recul ont été inscrits.

Etat actuel du site

La Baie de St Jean-de-Luz, est un abri marin naturel renforcé par la construction de digues. La Baie est une immense étendue souvent calme, appréciée des baigneurs, qui contraste avec le tumulte des paysages maritimes qui l’entourent. Ainsi la pointe Ste Barbe concrétise ce contraste : au Sud de la digue s’étendent les plages à l’eau calme, alors qu’au Nord les vagues fracassent les rochers.
Le site classé forme un linéaire de côte rocheuse de presque 3 kms, dont 500m côté Baie. La digue de Ste Barbe elle-même faisant environ 150 m de long. L’extension la plus récente du site lui a donné « de l’épaisseur » en prenant en compte une partie peu urbanisée qui va jusqu’à la plage d’Erromardie à l’Est.
La silhouette de la pointe Ste Barbe est aisément reconnaissable aussi bien vue depuis le large que depuis la côte : c’est une masse verte et arrondie d’où émerge un petit point blanc : le phare, l’ensemble étant posé sur un socle minéral horizontal et très long ( la digue).
Depuis la pointe s’étend un panorama splendide sur la façade urbaine de St Jean-de-Luz (dont la partie ancienne est particulièrement belle) avec, en toile de fond, les montagnes basques dominées par la silhouette emblématique de la Rhune, l’animation maritime de la Baie offrant un premier plan coloré.
L’ensemble du site, côté Océan, est bordé d’affleurements rocheux battus par les marées et dominés par une falaise abrupte au-dessus de laquelle se déploie un tapis végétal dense. Un sentier des douaniers très attractif passe en crête dans cette végétation.

Enjeux et préconisations

L’extrême pointe supporte une fréquentation intense et a fait l’objet de travaux d’accueil du public présent autour de la Baie ou longeant la côte par le Sentier du Littoral. Ce lieu mériterait une réflexion sur la prise en compte de l’ampleur croissante de cette fréquentation et des aménagements qu’elle nécessite.
L’ensemble du littoral subit les effets néfastes de la végétation invasive (gynérium, oléaria, …).

Ressources