Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000406 - Château de Beaulieu et ses abords
Procédure  Arrêté 03/02/1986
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
SAINT-SAUVEUR-DE-MEILHAN  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété
Privé

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 14.63 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

L’inspecteur des sites écrit dans son rapport de 1984 : « Beaulieu est une demeure fort ancienne, flanquée de deux tours tronquées, souvenir de nombreuses luttes, dont ce cadre a été trop souvent le témoin. Avec le temps cet ensemble est devenu le centre d’une importante exploitation viticole… Sur l’arrière le parc est riche d’arbres centenaires. Situé sur une butte, Beaulieu domine le bourg et toute la région alentour. On le découvre particulièrement en venant de Cocumont. L’ensemble est très caractéristique de la région… Le projet permettra d’assurer la protection d’un élément paysager important du fait de sa situation dominante et situé dans une région à vocation touristique ».
Il est précisé dans le rapport que le site concerne deux propriétaires, le propriétaire du château et le propriétaire des vignes, la protection permettait d’harmoniser l’évolution de ces deux entités intimement liées.

Etat actuel du site

Le site se trouve dans le grand paysage de la vallée de la Garonne, sur la rive gauche, à environ 5km du fleuve. Il est situé sur la première ligne de coteaux, qui s’élèvent doucement à partir de la première terrasse déterminant le lit majeur. Cette situation topographique met le site très en vue comme cela est précisé dans la motivation de protection. L’activité agricole reste très prégnante dans ce paysage, notamment l’activité viticole sur les coteaux, qui participe à la qualité des lieux.
L’autoroute A62 passe en pied de versant, à moins de 700m du site ; si le château est caché derrière les frondaisons de son parc, par contre, la partie en vignes du site est bien visible de l’autoroute.

Le site se compose en quelque sorte de trois entités, le bâti, le château et les dépendances qui sont au cœur du site, l’environnement boisé du parc qui enveloppe et dissimule ce bâti, puis le paysage découvert des vignes qui ne donne à voir que les frondaisons du parc. Le site concerne une surface approximativement triangulaire, limitée au sud et à l’ouest par des routes communales, qui permettent de jouir d’une vue intéressante sur le site.
L’entrée dans le site se fait par une allée presque droite, bordée de conifères assez jeunes, qui conduit face au porche d’entrée de la cour, et se poursuit vers le bâtiment d’exploitation. Le porche est précédé par un pont qui franchit une pièce d’eau rectangulaire. Un vieux saule pleureur donne une note romantique à ces dispositions d’origine probablement défensives. La cour carrée est fermée par des communs sur trois cotés, le château occupe le côté nord, face à la vallée. Le château est un édifice médiéval, reconstruit au XVII, et transformé à l’intérieur au XVIII ème siècle.
Au nord du château, se développe un parc très simple : de grands arbres disposés de manière aléatoire sur une prairie tondue. De cet aménagement, dominent les cèdres. Un puits est à signaler en bordure ouest, près du château. Les transformations du paysage de la vallée et l’arrivée de l’autoroute ont conduit à laisser se développer un front végétal continu qui brouille la lecture des dispositions visuelles antérieures. A l’est du château, un terrain clos est utilisé comme espace de loisir et d’intimité, il abrite le potager, des jeux d’enfants, le tennis et la piscine. Côté château, il est accessible par un portillon de bois, côté vigne, il est fermé par un ensemble architectural constitué de deux piliers de pierre. Au delà de cet îlot de verdure dense formé par le parc, le paysage s’ouvre sur les rangs de vignes, et des horizons lointains. Néanmoins, nous trouvons de beaux arbres en limite nord-ouest en bord de route, avec un bouquet de cèdres et un alignement de chênes sur le talus en contre-haut de la route, un alignement de marronniers à l’arrière du bâtiment d’exploitation, et des chênes verts.
Deux chênes verts se distinguent : le premier est à côté du portail latéral mentionné précédemment, il est donc inclus dans le site, le second plus majestueux est à l’extérieur du site. Il se trouve en prolongement d’une rupture de pente très linéaire, perpendiculaire au château, actuellement recouverte de taillis. C’est un arbre remarquable par ses dimensions et par sa situation au milieu des vignes.

Le site est bien entretenu, tant dans les abords proches du château que dans les vignes.

Enjeux et préconisations

C’est un joli site, discret, qui constitue un beau motif de paysage dans la vallée de la Garonne, visible par les usagers nombreux de l’A63, c’est aussi une belle image de marque pour la production viticole de Cocumont. Il est donc important de veiller à éviter des extensions urbaines dans le champ de vision du site, sur ses limites sud-ouest et ouest ; pour le moment, le site est protégé par la valeur de la vigne.

Tant au niveau de la compréhension historique que de la perception paysagère, il serait intéressant de dégager le château fort de son écrin de verdure, pour le restituer à la vue de la vallée qu’il domine.

Par ailleurs, prévoir dans le document d’urbanisme de la commune un zonage adapté pour la protection des paysages naturels, agricoles et forestiers, ainsi que des parcs et jardins, faisant partie du site ou contribuant à la qualité de ses abords.

Ressources