Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000405 - Vieux bourg (BAZAS)
Procédure  Arrêté 30/04/1971
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
BAZAS  (33)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt artistique et historique

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 11.36 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Un premier site dont l’arrêté date du 25 septembre 1952 protégeait la place de la république et le jardin flanquant la cathédrale au sud. Ce périmètre a été jugé insuffisant. En 1970, une étude du plan d’urbanisme a attiré l’attention sur la qualité patrimoniale des quartiers anciens.
« En conséquence, nous avons décidé de proposer une extension du site de Bazas afin de sauver, dans le cadre de la loi de 1930, un vieux bourg riche en belles architectures des XV et XVI siècles et des ruelles fort caractéristiques ». Lettre du conservateur Max Sarradet, 3 mars 1971

Etat actuel du site

• Environnement du site :
La ville de Bazas se trouve à 16 km au sud de Langon. Elle est située à la transition entre la grande forêt des landes girondines et le secteur de collines en rive sud de la Garonne, à vocation agricole. La particularité de Bazas est due à son implantation topographique sur un promontoire rocheux de forme allongé situé entre la vallée du ruisseau de Saint-Vincent au nord et le vallon du Beuve au sud. Ce promontoire naturel qui correspond au centre ancien et au périmètre du site est donc « isolé » des quartiers d’extensions par les vallons, au sud et au nord, tandis qu’à l’ouest, le relief s’élargit et forme un plateau plus facile à bâtir. C’est pourquoi, les extensions bâties occupent principalement l’ouest du site.
Plus proche du site, se situent les faubourgs anciens dont le faubourg Saint-Antoine sur la pente nord du bourg visible en arrivant par le nord.
Le vallon du Beuve comprend quelques maisons, implantées dans la partie ouest du vallon. Mais dans l’ensemble, sous la ville, il est resté libre de constructions, occupé par des prairies et des jardins potagers. Il constitue un très bel ensemble paysager qui valorise les éléments bâtis du vieux Bazas. Au pied même de l’enceinte, le vallon comprend une belle allée plantée de tilleuls, dite la promenade de la Brèche offrant à la fois la vue sur les jardins en contre-bas, sur les pentes naturelles et les remparts qui protégeaient la ville.
Bazas est situé sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

• Description du site :
Le périmètre de protection s’appuie sur l’enceinte fortifiée qui a épousé les lignes du relief et la forme triangulaire du promontoire naturel. L’enceinte est constituée de vestiges de remparts médiévaux édifiés pour partie sur des murs gallo-romains. Les portes les mieux conservées sont la poterne de la Brèche, sur le front sud et la porte du Gisquet sur le front nord, ancienne poterne restaurée en 1864 dans le style troubadour cher à Viollet-Le-Duc.
Les limites du périmètre épousent donc le rempart au nord, à l’est et au sud, qui correspond en même temps à une forte rupture de pente. La limite ouest « rentre » dans le tissu ancien, laissant à l’extérieur du périmètre protégé le Cours Ausone et le Cours Foch, qui constituent le boulevard de transition entre forme urbaine ancienne et extension XIXème.
Une caractéristique forte de ce centre est la topographie à l’intérieur même du périmètre protégé. Une pente générale de l’ouest vers l’est se perçoit notamment sur la place de la république, le sol monte vers la cathédrale Saint-Jean Baptiste. Cette dénivellation est sensible sous les couverts (ou cornières) en bordure nord de la place, elle est également bien visible en bordure sud où elle est traitée par un soutènement.
Cette rémanence du socle naturel dans les dispositions urbaines est un élément fort du site.
La place de la République (ancienne place royale et ancienne place du petit cimetière réunies) occupe environ 7000 m², est au centre du promontoire. Elle est bordée de maisons anciennes, généralement restaurées, qui s’élèvent sur des cornières. Le style architectural de ces immeubles est varié, certaines façades sont de style gothique, ou renaissance, d’autres plus tardives, XVIII ou XIXème. Cette diversité ne perturbe pas l’harmonie générale, du fait de l’alignement, de l’homogénéité de volumes, et des traitements de surface des façades.
La place a conservé son rôle de place de marché, côté ouest mais c’est aussi un parking important. La grande densité de véhicules stationnés, constitue la première vision en découvrant la place, même si la partie haute vers la cathédrale est préservée.
La cathédrale Saint-Jean Baptiste de Bazas est édifiée à partir de 1230 sur la base des monuments antérieurs. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1998 dans le cadre des itinéraires des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Au sud de la cathédrale se trouve le jardin dit Jardin du Chapitre qui offre, au-dessus des remparts, une vue plongeante sur le vallon du Beuve et la promenade de la Brèche. Ce jardin occupe le terrain de l’ancien cimetière nommé grand cimetière Saint-Jean. Protégé des vents du nord il conserve quelques vieux arbres dont un cèdre, un tilleul et un if. Les parterres de pelouse accueillent des carrés de plantes aromatiques, bordurés en bois, d’inspiration médiévale.
A l’entrée du jardin, un préau protège les vestiges des anciennes fortifications, d’anciennes constructions, mises au jour par des fouilles archéologiques.
Autour de la place, se pressent plusieurs anciens quartiers desservis par des ruelles étroites plus ou moins restaurées et bordées de riches demeures. Les hôtels particuliers sont nombreux. Les fonctions importantes de la ville (évêché, chef-lieu du Sénéchal, cour Présidiale, citadelle, etc.) contribuèrent au cours des ans au développement d'une population de haute distinction.
En complément de ces édifices à l’architecture savante, il existe un patrimoine authentique de maisons anciennes plus modestes, qui constituent un tissu bâti pittoresque et de grande qualité.
Il faut noter également la présence d’un patrimoine d’édicules ou d’ouvrages liés à l’eau, de nombreux puits, de fontaines et de lavoirs.

• Etat actuel du site :
L’état du site est inégal.
D’un point de vue urbain, le site est bien entretenu même si on peut déplorer la trop grande place dévolue aux stationnements.
Les bâtiments publics sont restaurés et bien entretenus comme la plupart des édifices les plus prestigieux.
Par contre, tout le tissu urbain présente un caractère patrimonial fort, pas seulement les immeubles protégés, et cependant, au fil des ruelles, on dénombre toutes sortes de travaux déplorables.
L’accueil du public est de grande qualité. Des itinéraires, au fil du patrimoine, au fil de la flore ou au fil de l’eau permettent d’arpenter le bourg en découvrant le patrimoine de Bazas.

Enjeux et préconisations

Le site est composé principalement par le tissu bâti du vieux bourg de Bazas. Pour accompagner l’évolution de ce patrimoine architectural et urbain, c’est l’outil AVAP qui est opérationnel et utile (anciennement ZPPAUP).
Néanmoins les préconisations sont :
- Surveiller et accompagner l’évolution du bâti.
- Au niveau des traitements des espaces publics, privilégier la pierre naturelle, quitte à progresser lentement dans les aménagements. Veiller à ne pas banaliser les espaces par des traitements ordinaires
- Conforter la présence des jardins au fil des itinéraires, renforcer le sentiment de nature en reconquérant des petits délaissés .
-Veiller à ce que tous les dispositifs bâtis qui rendent compte de la topographie du bourg (à l’intérieur de l’enceinte, hors remparts), petits escaliers, petits soutènements, etc. soient maintenus, restaurés.
- Limiter le stationnement à l’intérieur du bourg
- Étendre le site pour prendre en compte le vallon du Beuve, la promenade de la Brèche, et le versant opposé. Par contre le vallon nord est bâti, il ne justifie pas d’être inclus mais les limites pourraient être affinées pour préserver au mieux la silhouette urbaine.

• Conclusion :
Bazas rassemble au cœur de son enceinte un patrimoine architectural et urbain remarquable. Cette composition urbaine d’exception ne doit pas faire oublier la dimension paysagère du site, qui repose sur le promontoire naturel souligné par le vallon bucolique du Beuve et une topographie chahutée à l’intérieur même de l’enceinte. Les efforts de restauration et de mise en valeur sont importants, ils doivent se poursuivre. Dans cette logique de valorisation devraient s’engager des réflexions pour « effacer » les stationnements de la Place de la République.

Visite de terrain en juillet 2012- mai 2013

Ressources