Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000403 - Château de Picon
Procédure  Arrêté 05/07/1978
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
EYNESSE  (33)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt historique

Statut de propriété
Privé

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 69.92 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« Il s’agit d’inscrire à l’inventaire un éperon qui domine la rivière Dordogne et sur lequel des vestiges anciens d’un château carolingien s’inscrivent dans un site naturel de très grande qualité, constitué par des feuillus et, en particulier, des chênes centenaires. Des déboisements étaient envisagés et même entrepris…. » (Extrait de l’avis de l’Inspecteur régional des Sites – 1977)

Etat actuel du site

Environnement du site :
Le château de Picon est implanté en rive sud de la Dordogne sur un éperon parallèle à la rivière. Cette situation dominante devrait permettre d’embrasser un vaste panorama, mais au nord, les vues sont fermées par des boisements. L’environnement visible autour du site est principalement constitué de parcelles en vigne dont le maillage est interrompu de temps en temps par de petits bois sur les terrains inadaptés ou mal exposés, ou par des ensembles bâtis agricoles. Le relief est modelé, l’orientation des rangs de vignes accompagne ces ondulations. C’est un paysage viticole de très grande qualité qui prolonge le paysage du site. Les quartiers d’extension urbaine récente ne sont pas visibles. Tant que l’activité viticole du secteur reste stable, l’environnement du site restera protégé.

Description du site :
Le site présente une géométrie rectangulaire approximative de 500m de large environ et de plus d’un kilomètre de long. La partie privative correspond à environ 1,5 ha située aux abords du château, principalement à l’ouest, sur une plate-forme fortement surélevée par rapport aux terrains avoisinants. Le château est au centre du périmètre protégé.
L’entrée dans le site se fait par l’est, en empruntant un chemin rural sur plus de 600 m, à l’intérieur du périmètre protégé, en bordure du bois. Ce chemin situé sur la ligne de crête « partage » en quelque sorte le site en deux. Le versant nord, à forte pente, orienté vers la Dordogne est couvert de bois sur ses parties hautes, sur une profondeur de 100m environ. En pied de versant, les parcelles sont occupées par des cultures, l’extrémité nord-ouest correspond au parc de la propriété de La Tuque. Le versant sud, aux pentes plus douces est planté de vignes dont les rangs sont perpendiculaires au chemin, ce qui permet de percevoir l’infléchissement du terrain. En arrivant aux abords du château, le chemin, bordé par deux rangs de tilleuls, forme un angle droit, longe la cour d’honneur close de mur et descend perpendiculairement à la pente, vers la métairie de Picon. Le portail d’entrée et la grille de clôture ont un aspect flambant neuf et monumental, insolite dans ce paysage rural.
Actuellement la bâtisse visible ressemble à un château du XIXème siècle, restauré récemment. La façade sud se compose d’un corps principal, flanqué de deux tourelles polygonales, et marqué par une travée axiale surmontée par un fronton. En contrebas du château, exposés au sud et adossés à la plate-forme, il y a plusieurs bâtiments annexes, restaurés sans nuance. Les parties jardinées sont séparées du chemin et des vignes par des barrières paddock blanches. Quelques arbres isolés imposent leur silhouette, en particulier un chêne vert en face du portail d’entrée et un cèdre dans le parc. Mais ce qui caractérise le site, et a motivé la protection, ce sont les chênes : dans le bois sur le coteau nord, également, à l’ouest du château, en contrebas de la plate-forme. Cette plate-forme, un probable vestige d’un dispositif défensif, s’élève à environ 3m au-dessus du terrain alentour.

Etat actuel du site :
Les abords du château visibles du chemin rural sont soignés. L’activité viticole se charge d’entretenir avec soin l’ensemble des parcelles en vignes. Les vieux chênes en pied de plate-forme à l’ouest semblent suivis, ils comportent peu de bois morts, certaines branches sont haubanées.

Enjeux et préconisations

La question du périmètre se pose. Au nord, le périmètre vient longer la rive de la Dordogne et englobe des propriétés et des parcelles sans aucun lien avec la propriété de Picon.
Y-a-t-il un enjeu de périmètre géographique qui prendrait une « tranche » de paysage en bord de Dordogne ? Dans ce cas, on serait tenté de traverser la rivière et d’inscrire l’autre rive, ou bien, si l’enjeu reste centré sur la propriété de Picon, la réduction du périmètre serait justifiée.
Pour les bois du coteau nord, nécessité d’un cahier de gestion.

• Conclusion :
Le site est grand, il porte le nom du château et du parc de Picon mais recouvre des entités paysagères indépendantes, situées en rive de Dordogne. Le château et ses abords proches semblent avoir été fortement remaniés et ne correspondent en rien aux mentions de l’Inspecteur des sites, mais le paysage viticole alentour, tenu par la frange nord des bois de chênes est remarquable.

Visite de terrain en octobre 2006

Ressources