Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000357 - Site de Sainte-Foy
Procédure  Arrêté 18/01/1982
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
ANTHE  (47)
CAZIDEROQUE  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 156.89 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« Le site de Sainte-Foi intéresse un monument d’une architecture très typique. Racheté il y a quelques années, celui-ci est en cours de restauration. Ces travaux ont permis de redonner à cet édifice son harmonie pleine de simplicité, en supprimant notamment nombre de bâtiments parasites accumulés au siècle dernier qui obstruaient de belles ouvertures.
Les abords de Sainte Foi constituent un ensemble naturel très intéressant. Aucune construction anachronique n’est encore venue marquer le paysage. »
(Rapport du délégué régional à l’architecture et à l’environnement d’Aquitaine, le 20 février 1981)

Etat actuel du site

• Environnement du site :
Le site de Sainte-Foi est implanté dans la vallée du Boudouyssou, entaille agricole entre deux lignes de plateaux du pays de Serres. Il est en pied de versant sud, exposé nord, en amont de la confluence avec le ruisseau de Ressegayre. Le cours du Boudouyssou est ponctué de plusieurs moulins, dont le bel ensemble, en amont du site, au lieu dit la Sérenne.
L’habitat traditionnel, corps de ferme, hameau ou village, est implanté sur les versants, soit en bas de pente, soit sur des replats, quelquefois en haut de relief. Les terres de la vallée sont réservées à l’exploitation agricole.

• Description du site :
Le site proposé est assez vaste. Il protège un ensemble bâti et l’écrin qui l’environne. Ainsi la limite nord s’appuie sur plus d’1,5km sur la RD 661 qui relie Villeneuve à Cahors. Les limites latérales est et ouest, remontent vers les versants en biais, refermant le triangle à la ferme de Larché. Le périmètre se termine côté sud, par une proue boisée.
Le lieu-dit Sainte-Foi comprend un manoir et une église. Si l’église est visible de la voie publique, le manoir est caché derrière les arbres du parc.
L’église et le manoir de Sainte-Foi sont implantés dans la pente, au niveau d’un changement de profil. La pente « amont » est plus marquée. Le versant contre lequel s’adosse visuellement l’église est boisé L’église (11e-12e) marque un carrefour de trois voies, à la lisière du bois. L’église romane est en pierre apparente (récemment restaurée) et coiffée d’un clocher-mur percé d’une baie campanaire. Elle présente un enclos, constitué de murets et de haies de buis parfaitement taillées. Il s’agit certainement de l’ancien cimetière aujourd’hui transformé en belvédère sur la vallée du Boudouyssou. Dans cet enclos enherbé, se trouve un chêne magnifique implanté en rupture de pente, et plusieurs robiniers faux acacias. De là, comme depuis la route qui descend dans la vallée, de magnifiques vues s’ouvrent sur le paysage agricole et sur le coteau nord. Ainsi, le village de Cazideroque implanté à mi-pente et entouré de vergers, surmonté du château construit sur le haut du relief à flanc de rocher, procure un panorama de grande qualité au site.

Le manoir est presque invisible depuis l’espace public. Un portail en fer forgé et deux grands piliers marquent l’entrée dans le parc boisé. Le bord de route est également très boisé ce qui ne laisse que peu de vue sur le manoir. « Il se compose d’un ensemble de logis et dépendances organisées autour d’une cour carrée, flanquée de deux tours carrées et deux tours rondes. Ce manoir semble une construction postérieure à la guerre de Cent Ans et a été restauré depuis 1979 »
Au sud du manoir, en bord de route, en lisière de bois, non loin de l’église, il y a une source abritée par un édicule bâti en pierre de taille.
Dans le site, le fond de vallée et les pentes douces sous le lieu-dit Sainte-Foi sont ouverts en grandes parcelles cultivées (avoine, blé, maïs, prairie de fauche). Les rives du Boudouyssou sont boisées, en vue lointaine la ripisylve vient dessiner le cours de l’eau qui se divise en plusieurs bras. Un ancien moulin se trouve sur l’un d’eux. Construit en pierre de calcaire, il a beaucoup de caractère, il est aujourd’hui abandonné.
Un lac collinaire a été aménagé à l’ouest du manoir de Sainte-Foi, au lieu dit Gatchou. Il est équipé d’une station de pompage positionnée en pied de digue. Les rives du lac sont nues, la pièce d’eau est entourée de prairies de fauche (en friche). Il y a un transformateur le long de la route.
La ferme de Larché au sud comprend une habitation et plusieurs hangars agricoles (pas de co-visibilité avec le lieu-dit Sainte-Foi).
• Etat actuel du site :
Depuis la protection, le site semble avoir peu évolué, hormis par la création du lac collinaire de Gatchou.
Dans son état actuel le site est de qualité. On apprécie particulièrement l’absence de mitage par des maisons ou des constructions agricoles. L’orthographe du nom du site est celui de l’arrêté de protection, et du cadastre (ancien et actuel), même si la carte IGN mentionne le lieu-dit Sainte-Foy.

Enjeux et préconisations

Enjeux
Le site présente de grandes qualités paysagères et architecturales. L’ambiance intimiste au lieu-dit Sainte-Foi en lisière du bois et sous l’ombrage des arbres du parc, en fort contraste avec les vues étendues sur la vallée encore préservée de nouvelles constructions, font de ce lieu un site remarquable. On peut seulement déplorer de ne pouvoir contempler le manoir et devoir s’en tenir à l’église, alors que c’est bien les campagnes de restauration et la mise en valeur du manoir qui sont à l’origine de la protection.
Le secteur du lac collinaire, postérieur à la protection, mériterait quelques améliorations, au moins en terme de gestion, pour mieux s’intégrer dans le paysage champêtre.
Préconisations
- Maintenir la qualité des abords de l’église, haies de buis, vieux chêne et petit bois au sud de la route.
- Entretenir la fontaine dont la maçonnerie semble « usée ».
- Améliorer l’intégration du lac collinaire en plantant ou en laissant la végétation coloniser ses rives ; de même pour la station de pompage et le transformateur situés à proximité du lac.
- Conserver les paysages entretenus et ouverts comme c’est le cas aujourd’hui.
- Empêcher l’édification de nouvelles constructions qui viendraient brouiller le site.
- Améliorer les abords de l’ancien moulin et encourager à sa rénovation.
- Inclure dans le règlement du document d’urbanisme de la commune des prescriptions architecturales et paysagères détaillées pour maintenir la qualité du bâti faisant partie du Site, ou contribuant à la qualité de ses abords.
Visite de terrain en juin 2010

Ressources