Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000351 - Vieux moulin de Port-de-Penne
Procédure  Arrêté 13/11/1942
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
PENNE-D'AGENAIS  (47)
SAINT-SYLVESTRE-SUR-LOT  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Autre patrimoine bâti isolé : maisons fortes, église, abbaye, moulin

Superficie: 3.72 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Environnement du site :
Le vieux moulin de Penne se trouvait à Port de Penne, en rive gauche du Lot, au pied du relief en proue qui sépare la vallée du Boudouyssou de la vallée du Lot. Le village médiéval de Penne est quant à lui implanté, de l’autre côté, sur le versant exposé sud, qui domine la vallée du Boudouyssou.
A cet endroit, les rives accusent une forte dissymétrie. En rive gauche, le pied de versant vient flirter avec la rivière ce qui induit de grandes pentes qui progressivement se sont boisées, alors qu’en rive droite, c’est la plaine du Lot.
Si on considère l’environnement plus rapproché, en rive gauche, c’est la commune de Penne d’Agenais avec le quartier du port bâti en bord de la rivière. Le quartier est plus étendu que l’îlot inclus dans le site. Il épouse le pied de relief et s’étire le long des voies. Il offre quelques services et commerces, c’est le quartier de la commune le plus accessible. En rive droite, c’est le bourg de Saint-Sylvestre implanté dans la plaine, sur la première terrasse, s’étalant sans contrainte topographique au gré des extensions. A l’aval du pont, la rive a été aménagée en partie basse avec une promenade et des pontons. En partie haute, c’est une aire de stationnement en arrière de commerces.
Description du site :
Le périmètre du site inclut les berges non bâties de la rive droite et la rive gauche jusqu’à la route située quelques mètres au sud et en contre-haut de la rivière, la RD 243 (rue du port).
En rive gauche, côté Port de Penne, le moulin a disparu. La rive a été aménagée en quai qui facilite l’accostage et le stationnement des bateaux de loisirs. Le site comprend en termes de bâti, outre le moulin disparu, un îlot linéaire d’une dizaine de maisons mitoyennes, qui se termine par l’église Saint-Pierre et un terrain attenant. L’ensemble est hétérogène et donne un aspect très « bricolé », qui contraste avec le quai.
L’église semble avoir été remaniée. Le clocher tour surprend par son étroitesse et sa hauteur, il domine largement Port de Penne et ses abords. Au nord de l’église, la terrasse haute est occupée par une ripisylve et des parcelles enherbées.
Le pont en limite sud du site (120 mètres de long) compte deux piles dans la rivière, peu ou pas visibles. En effet la jupe du tablier de béton flirte avec l’eau du Lot. Le pont est très emprunté. Depuis celui-ci des larges vues s’ouvrent au sud-est sur les coteaux boisés et sur l’église Notre Dame de Peyragude perchée en proue de relief.
En rive droite, dans le site, des consolidations de berges (gabions) accompagnées d’un aménagement paysager ont eu lieu récemment. Un sentier longe le haut des gabions et rejoint la terrasse naturelle. A l’arrière du chemin, des plantations arbustives (chênes) se développent mal.

Etat actuel du site

Le moulin a disparu. Il n’en reste aucune trace apparente (fondations sous l’eau ??). A la fin des années 1960, la construction d’un barrage en amont de Villeneuve-sur-Lot, a entraîné une élévation du niveau de l’eau de 8 mètres environ, la démolition du moulin et l’immersion de l’écluse. Au moment de la protection, et comme en témoignent les cartes postales anciennes, le niveau du Lot était beaucoup plus bas qu’aujourd’hui. De grandes plages de sable ou galets s’étendaient sur les berges en rive gauche transformées aujourd’hui en quais.
Les quais sont correctement aménagés et entretenus. On peut regretter le caractère urbain du vocabulaire retenu qui s’accorde mal avec le " bricolage " des maisons en arrière-plan.
Pour les aménagements en rive droite, sans entretien, les plantations vivotent.

Enjeux et préconisations

Enjeux :
Le vieux moulin et sa chaussée étaient certainement au cœur de la protection du site. Malgré leur disparition, le paysage perçu depuis le pont garde des qualités, un jeu d’échelles dynamique entre la masse d’eau, la hauteur du bâti et l’adossement et un contraste intéressant entre rive bâtie et rive non bâtie. La protection de Port de Penne, point d’ancrage touristique important de l’activité fluviale, conserve donc un intérêt majeur.

Préconisations :
- Persévérer dans l’entretien des quais.
- Essayer de retrouver une certaine cohérence dans les façades sur le Lot, bannir les éléments disqualifiants, homogénéiser les garde-corps, les toiles d’ombrage, etc…
- Encourager les propriétaires à effectuer des ravalements de façades.
- Remplacer les végétaux morts ou mal développés sur l’aménagement paysager de la rive droite.

Visite de terrain en juin 2010

Ressources