Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000347 - Bourg (TOURTRES)
Procédure  Arrêté 23/04/1980
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
TOURTRES  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 59.55 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« Il m’a été demandé par la CAMESIRA 47, société de protection des monuments et de sites du Lot-et-Garonne de protéger, par des inscriptions, les moulins à vent. Celui de Tourtrès est intéressant bien qu’ayant perdu ses ailes, mais le propriétaire envisage de les rétablir. Par ailleurs, la visibilité directe n’existe pas partout ce qui a permis des réalisations regrettables. Cette réalisation étendue à 80 hectares autour de l’église permettra de veiller à l’évolution de ce site pourtant remarquable. ». (Extrait de la fiche de recensement des édifices anciens, R. Rougier).

Etat actuel du site

• Environnement du site :
Tourtrès est une petite commune de la rive droite du Lot, sur des coteaux molassiques au relief assez prononcé ; le village, sur un "pech", culmine à 173 mètres. L'activité agricole est marquée par une arboriculture variée, les vergers de pommiers, pruniers et plus récemment de noisetiers, dominent le paysage communal.

• Description du site :
Un pech est un relief marqué, généralement isolé des reliefs voisins par des inflexions ou des vallons, ce qui en souligne la silhouette. Le site de Tourtrès protège un pech et ses flancs. Sur le haut du pech, se détache l’église avec l’enclos du cimetière, et légèrement décalé au nord, le moulin à vent. Le village se résume à une douzaine de maisons, implantées à l’est de l’église. Sur la pente nord, se trouve la ferme de Girou.
L'église paroissiale Saint-Pierre est entourée de son cimetière, elle couronne le sommet du "pech" et domine la campagne environnante, offrant un panorama à environ 180°, orienté ouest . Elle est remarquable par son clocher-mur percé de quatre baies campanaires. Les murs sont en moellon de tuf et de silex mêlés, sauf la façade occidentale, en pierre de taille de tuf. La toiture à longs pans à pignon découvert et croupe polygonale est couverte de tuiles creuses. La nef relativement basse est peu visible, entourée par les haies du cimetière, c’est bien le clocher qui signale l’église. Le cimetière est traité en herbe, ce qui est très rare, il est planté de quelques cyprès. Ce sol végétal donne beaucoup de qualité au lieu, il semble plus humanisé, plus « habité » que les cimetières arides en graviers. Il est très bien entretenu. Seule la table d’orientation est à renouveler, elle est devenue illisible.
Le moulin est construit sur une motte et présente une tour cylindrique en moellons de tuf et silex. Son toit est conique en bardeaux. Par le passé, le moulin-à-vent servait à fabriquer de la farine. Le mécanisme est supprimé, mais les ailes ont été restaurées. Il serait construit sur une motte supposée médiévale. Comme l’église, le moulin domine la campagne agricole à 180°. Le regard porte loin sur un paysage dessiné par les nombreux vergers. Sur le versant nord, une belle prairie (glacis) dégage les flancs du pech.
Dans le vallon qui cerne le pech au nord-est, près du lieu-dit Maïsse, un lac collinaire a été creusé depuis la protection. La limite du site traverse le plan d’eau en diagonale. Bien qu’artificiel, le plan d’eau s’inscrit harmonieusement dans les modelés du paysage.
Si les deux édifices qui marquent le haut du pech sont intéressants, le reste du village est modeste et présente peu d‘intérêt architectural. Le bâti est hétérogène, il ne reste que quelques maisons traditionnelles préservées, le reste semble « bricolé », depuis le XIXe siècle plusieurs volumes bâtis ont disparu. Un autre aspect banalisant tient aux surfaces démesurées de stationnement. Un premier espace public au cœur du bâti ancien est dévolu aux stationnements, des riverains probablement, mais une aire de stationnement plus récente a été aménagée. Elle est bordée d’un talus en cours de végétalisation. Le sol est traité en stabilisé. Mais les terrassements entrepris et la largeur de la plate-forme ne permettent pas de donner à ce parking un caractère rural, le paysage semble éventré.
Des maisons neuves sont visibles sur la pente sud-est, à l’entrée du village, en site. Elles ne sont pas implantées à l’alignement de la rue, ni en continuité directe avec la forme urbaine. Elles banalisent le site.

• Etat actuel du site :
Le moulin a été restauré et présente aujourd’hui des ailes. Vu de loin, le site paraît en bon état. Sur place, la qualité de certains bâtis, le traitement des espaces publics et certains choix végétaux banalisants sont à déplorer. Par contre, le cimetière est en bon état d’entretien.

Enjeux et préconisations

Enjeux
Joli pech aux pentes vives, coiffé de son église et de son moulin aux ailes retrouvées, le site de Tourtrès reste une silhouette pittoresque et singulière. Du haut de ses 173m, il donne à voir une belle étendue agricole, dominée par les vergers. Le seul bémol tient à la faible qualité du village, tant en terme de bâti que d’espaces publics. Il faut être vigilant sur la question des extensions, une seule maison peut gâcher le motif.

Préconisations
- La commune de Tourtrès ne possède pas de document d’urbanisme elle est donc soumise au RNU.
- Préserver la silhouette du pech bâti : vigilance maximale portée sur les parcelles autour du village du fait des forts enjeux de silhouette. Les propositions d’extensions doivent être étudiées d’une part, en vues lointaines pour ne pas porter atteinte à la silhouette du pech bâti, d’autre part, en vues rapprochées pour que les beaux panoramas que l’on découvre du haut du pech ne soient pas mités par une ou deux maisons malencontreusement implantées.
La grande parcelle exploitée en prairie de fauche côté nord vient souligner la topographie et met en valeur le haut du pech, son ouverture est précieuse. Elle doit être inconstructible.
- Prévoir une étude d’ensemble pour améliorer l’aspect du village

Visite de terrain en mai 2010

Ressources