Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000334 - Château et ses abords (CAUZAC)
Procédure  Arrêté 15/05/1984
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
CAUZAC  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété
Privé

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 68.56 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Il s’agissait de protéger le paysage aux abords d’une « fière bâtisse, bien typique du style régional. Elle n'est pas visible depuis la route et il faut suivre un petit chemin pour la découvrir. Le paysage qui s'ouvre alors est magnifique. Restaurée avec goût ces dernières années, cette demeure a retrouvé son lustre d’antan…. Si l'on pousse un peu le regard, on découvre une charmante église romane, entourée de son cimtière. Elle participe au patrimoine local au même titre que les édifices plus prestigieux. » (extrait du rapport de l’inspecteur des sites 1983).

Etat actuel du site

Le château de Cauzac est implanté à l’extrême rebord du plateau, appuyé sur un socle calcaire. L’avant-cour délimitée par les communs exprime, en élévation, la forme en amande de cette ultime avancée du plateau qui domine le vallon du ruisseau de Sainte-Eulalie, affluent de la petite Séoune. Au nord, la limite du site est assez proche du château, elle s’appuie sur un chemin agricole, tenant hors du site le pigeonnier, qui sans doute faisait partie du domaine. L’entrée dans le site se fait par un premier portail, constitué de deux piliers en pierre de taille, sans fermeture, qui conduit, par une allée sablée vers le portail, clos par une grille, donnant accès à l’avant-cour. Cette allée a été construite à flanc de versant, elle est partiellement soutenue par un mur en moellons de calcaire, et permet de découvrir à l’ouest le début d’un vallon. L’avant-cour est en pelouse avec quelques beaux arbres-tige, comme des tilleuls. Un très imposant rosier de Banks couvre une partie de la loge d’entrée. L’espace est traversé par une allée qui descend régulièrement vers le porche d’entrée commandant l’accès à la cour du château. La cour est traitée sobrement, elle offre des fenêtres étroites sur le paysage en contrebas. C’est en quelque sorte ce paysage, qui, offert à la vue depuis le château et ses terrasses, constitue le site. La chênaie développée sur les versants ne permet pas de l’embrasser d’un seul coup d’œil.
De la cour, un escalier en pierre adossé au mur de soutènement de la terrasse permet d’accéder au parc. Une cavité a été aménagée dans ce grand mur, accessible par une ouverture en pierre de taille (glacière ?, nymphée ?). Sous le château, le parc présente un aspect naturel, c’est une chênaie avec de magnifiques sujets, dont certains sont couverts de mousses et de fougères. De temps en temps, semblent surgir des blocs rocheux qui donnent à ce bois une forte valeur paysagère. Une allée, à flanc de versant, conduit vers le fond du vallon, elle est bordée par un mur en pierres calcaires de belles dimensions, en plus ou moins bon état. Comme il a été dit précédemment, le rebord du plateau est très découpé, c’est le fait de petits vallons secondaires que l’on retrouve à flanc de versant ; celui qui se trouve à l’est du château est occupé par une prairie ce qui ménage un bel espace de lumière au milieu des bois ; celui qui se trouve à l’ouest, a fait l’objet d’aménagements paysagers. Des végétaux horticoles ont été plantés, un bassin a été construit. Ces aménagements sont discrets et sobres, ils tiennent compte de la topographie et des affleurements rocheux, ils contribuent à la poésie du lieu.
En fond de vallon, le ruisseau de Sainte Eulalie a laissé place à une retenue d’eau dont la digue vient rivaliser de hauteur avec l’église romane désormais en contrebas. C’est dommage, mais ce dispositif hydraulique avait été mis en place avant la protection. Le site s’étend jusqu’au versant qui domine l’étang au sud, faisant face au château. Des plantations régulières sur les pieds de versant ferment le paysage du fond de vallon.

Enjeux et préconisations

C’est un site de belle qualité, particulièrement autour du château. L’ensemble du parc est très bien entretenu. Il est confidentiel même s’il est longé par un chemin de petites randonnées.
Ce site est intéressant parce qu’il concerne un motif de paysage assez caractéristique du département, de ces rebords de plateau avec lesquels l’homme est venu composer. Dans le cas de Cauzac, la forte imbrication du bâti avec le socle rocheux, la qualité du couvert végétal spontané et les récents aménagements font de ce site un ensemble remarquable. Reste à veiller à l’évolution du couvert boisé, des abords de l’église et des extensions du village et à prévoir dans le document d’urbanisme de la commune un zonage adapté pour la protection des paysages naturels, agricoles et forestiers, ainsi que des parcs et jardins, faisant partie du site ou contribuant à la qualité de ses abords.

Visite terrain et rédaction fiche - 2005

Ressources