Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000328 - Château et ses abords (MADAILLAN)
Procédure  Arrêté 11/11/1942
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
MADAILLAN  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 1.97 hectare
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Description tirée de l’ouvrage de J.Tholin, archiviste du Lot-et-Garonne cité dans le rapport d’inspection en vue de l’inscription : « A l’extrémité du promontoire formé par la rencontre de la vallée du ruisseau Bourban, avec celle d’un de ces affluents, loin de tout chemin fréquenté, subsistent des constructions en partie conservées, en partie ruinées. Leur aspect est plus pittoresque qu’imposant. Une haute tour pentagonale aujourd’hui éventrée, reliée par un bâtiment longitudinal à un massif donjon quadrangulaire assez bien conservé, d’informes amas de pierrailles et d’éboulis, une enceinte partout écrêtée, voilà ce qui reste du château de Madaillan ». L’objectif souligné est la protection d’un site qui n’a fait l’objet d’aucune mesure de sauvegarde, pour éviter qu’il ne devienne une carrière de pierre taillée comme en avait l’intention le propriétaire précédant.

Etat actuel du site

• Environnement du site :
Le site du château de Madaillan et ses abords se trouve dans les Serres de Lot-et-Garonne au nord d’Agen. Cette entité est située entre les vallées de la Garonne et du Lot. C’est un vaste plateau calcaire profondément et régulièrement entaillé de vallons, rejoignant perpendiculairement, tantôt la vallée de la Garonne au sud, tantôt celle du Lot au nord. Le château se trouve isolé à l'extrémité d'un éperon de confluence dominant la petite vallée de Saysset et la vallée du ruisseau de Bourbon, plus importante, qui dessine la limite communale sud.
Le plateau de Doulougnac, situé au nord-est du château accueille un grand parcellaire, dénué de toute structure arborée. Un ourlet boisé souligne la rupture de pente.
Les vallons présentent un paysage ondulant, à l’agriculture diversifiée, rassemblant céréales, prairies et quelques plantations de peupliers. Les fortes pentes accueillent des boisements, essentiellement composés de chênes, des zones plus abruptes révèlent parfois des affleurements calcaires. Les structures végétales ponctuent les flancs tandis que des ripisylves accompagnent les cours d’eau. Une route de fond de vallée longe le ruisseau Bourbon.
La pente au sud du château est actuellement ouverte, il s’agit d’une prairie rase qui laisse apparaître depuis l’espace public le château en site et la ferme du château (hors site). Mais des plantations récentes ont été réalisées sur la partie basse de la pente, le long de la voie (arbres et protections anti-gibier). A l’ouest, le glacis du château féodal est en partie boisé, en conifères qui n’apparaît pas sur la carte IGN de 1983. Le glacis du château, est occupé par un jeu de golf qui s’accompagne de nombreuses bannières publicitaires. Au pied du flanc sud-ouest du château se trouve un ancien moulin, à proximité, le long de la voie, jeune plantation de conifères.
• Description du site :
Le site comprend le château ainsi que ses proches abords, notamment le flanc exposé ouest, sud-ouest. Implanté en haut de relief, en limite de rupture de pente, le château offre une silhouette remarquable. Une tour fortifiée trône à l’ouest, à ses pieds des fondations ruinées (espace non entretenu). Au nord de la tour trapue se trouve une sorte de donjon, élevé et ruiné, qui émerge des frondaison depuis le plateau de Doulougnac. Une structure en bois, de type cabane, porte la mention d’accueil à l’entrée du château. Elle s’accompagne d’un salon de jardin blanc en PVC et d’un panneau descriptif du château.

La construction initiale daterait du 4e quart du 13e siècle, vers 1285-1289, édifiée pour les du Fossat, lignage noble parmi les plus puissants d' Agenais : les constructions, circonscrites dans une enceinte quadrangulaire, paraissent alors se limiter à une tour fortifiée en éperon à l' est, attenante à une salle-basse voûtée. des travaux d' agrandissement ont probablement été effectués vers le tout début du 14e siècle. Durant les guerres de Religion, le château servant de camp retranché aux protestants, est assiégé. La tour à éperon et une partie du logis sont détruits. Longtemps abandonné, le château a été partiellement restauré au 19ème siècle et 20e siècle.

La confluence des vallées de Saysset et de Bourbon est préservée de l’urbanisation nouvelle et offre un paysage très agréable. Le château est ouvert au public. Les abords du site sont entretenus, mais les bannières publicitaires viennent gâcher l’environnement du site, de même que l’espace d’accueil.
Les vues depuis l’espace public sont actuellement nombreuses. Mais de nouvelles plantations en bas de pente (hors site), laisse imaginer que cela ne sera plus le cas dans quelques années.

Enjeux et préconisations

- Conserver le glacis ouvert et supprimer les bannières publicitaires qui banalisent le site.
- Proscrire les plantations en bas de pente qui viennent masquer les vues sur le château depuis l’espace public.
- Améliorer l’espace d’accueil afin qu’il soit plus intégré au site, de meilleure qualité.
- Agrandir le site protégé afin de prendre en compte l’ensemble du glacis du château, et notamment les flancs est et sud jusqu’au bas de pente. Dès maintenant, prévoir dans le document d’urbanisme de la commune un zonage adapté pour la protection des paysages (naturels, agricoles et forestiers, ainsi que du parc du château), faisant partie du site ou contribuant à la qualité de ses abords.
- Lutter contre l’urbanisation nouvelle dans cette section de la vallée Bourbon, car de nombreuses parcelles en aval sont construites.

Le château de Madaillan se trouve dans un environnement très préservé et son implantation à la proue d’une Serre est remarquable. Mais les abords banalisent le site. Même si plusieurs de ces atteintes se trouvent en dehors du site inscrit, il est important d’intervenir, afin de conserver la qualité de l’écrin paysager entourant ce château sur son éperon.

Rédaction 2008

Ressources