Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000327 - Site de Talives
Procédure  Arrêté 06/03/1992
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
FOULAYRONNES  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère

Statut de propriété

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 59.52 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« Situé à quelques kilomètres de l’agglomération agenaise, Talives constitue un ensemble paysager rural particulièrement harmonieux.
La vieille demeure de Talives, est une position forte dès l’époque médiévale. D’abord place forte, elle est devenue progressivement un lieu de résidence agréable, repaire noble au milieu d’une campagne active.
Au siècle dernier des travaux importants ont été réalisés. En particulier un observatoire a été aménagé sur le faîte de la Tour d’escalier, silhouette pittoresque, qui témoigne d’une époque où la science prenait une importance nouvelle.
Les communs forment une avant-cour, fortement marquée par la présence d’arbres majestueux.
Tout autour se développe un parc, planté au XIXème siècle, où se développent des arbres d’essences variées, parfois assez rares.
Talives est situé sur un promontoire d’où l’on découvre toute la région environnante. Le vallonnement du paysage s’étend sur plusieurs kilomètres, alternance de prés, de champs et de boqueteaux.
La terrasse de Talives, se termine sur un à-pic assez impressionnant, sorte de belvédère, qui réunit la vocation ancienne du lieu liée à la défense et à l’observation, et le charme de la demeure, au centre d’un paysage encore bien préservé ». (Rapport de l’Inspecteur des Sites – octobre 1990).

Etat actuel du site

Environnement du site
Le site se trouve sur le versant nord d'une des serres qui caractérisent les coteaux au nord d'Agen. Il est en co-visibilité avec l'église remarquable de Paulhac, visible sur la serre situé plus au nord. Le fond du vallon de la Ségone est occupé par un lac artificiel fréquenté par pêcheurs et promeneurs.

Le site et tout son environnement encore très rural et contrastant avec l'urbanisation du versant sud, à partir de la voie express, est intégré dans le périmètre de l’étude paysagère en cours, en vue de la révision du périmètre du Site Inscrit du plateau de Monbran (voir la fiche n°73).Le bureau d’études chargé de ce dossier (Atelier régional de paysage et d’architecture de l’environnement, Claude Chazelle) évoque le site de Talives dans son diagnostic : « La surface du lac de Talives met en exergue les reliefs harmonieux et riches des versants et le contraste entre prairies et boisements » et « le caractère bucolique du vallon de la Ségone » qui abrite ce site.

Description du site
Le site s'étend de la crête de serre (où passe la voie express RN 21 qui empiète sur le site) aux rives du lac de Talives. Il englobe le domaine du château de Talives, ainsi que la ferme de Marmande au-dessus du lac.

La plupart des terres doucement vallonnées, sont cultivées (céréales, colza), hormis des bois de feuillus relictuels sur le rebord nord de la serre, le parc du château orné de cèdres de l'Atlas, et une plantation de pins laricios en contrebas, au nord du château. L'allée d'accès au château, par ses plantations d'alignement de chênes, se dessine fortement comme une courbe majeure au milieu des champs.

Le château est masqué par les arbres depuis la voie express et son giratoire, mais se découvre comme dominant de loin le lac de Talives.

Il comporte une ferme ancienne, des communs à l'architecture harmonieuse, puis un château remanié au XIXe siècle, d'origine ancienne, dominé par une tour, et bordé au nord d'une terrasse avec de jeunes marronniers donnant une vue sur le lac de Talives, et l'église de Paulhiac.

Etat actuel du site
La principale évolution du site a été la construction de la variante Est de la voie express, de la déviation Nord d'Agen (la variante Ouest non retenue empruntait le vallon de la Ségone). L'expropriation a porté sur l'emprise de la voie et du giratoire, les abords (talus planté), et des parcelles situées au delà de la voie, qui font partie désormais de la ZAC d'activités de Foulayronnes. Après un projet plus prégnant, seule l'extrémité de l'allée du château a finalement été déviée. Le propriétaire a planté des haies avec ARPE 47 pour masquer la voie, ainsi que des chênes aux abords du giratoire et autour de l'ancien tronçon de l'allée.
Les réseaux aériens, notamment une ligne à moyenne tension traversant l'allée, et les lignes desservant les fermes et le château, entrainent des élagages réguliers par EDF, qui détériorent les arbres.
Le parc a subi quelques dégradations lors des tempêtes surtout en 1999. La terrasse s'est en partie éboulée en 2000. Le bois de pins laricios planté il y a une vingtaine d'années, n'a pas été éclairci, et serait à couper, et replanter avec une espèce mieux adaptée. Les toitures du château sont en cours de restauration à l'identique. Devant les communs, l'avant cour est toujours marquée par la présence d'arbres majestueux, mais les marronniers, malades, ont été remplacés par des érables.

Enjeux et préconisations

Enjeux
Hormis le passage de la voie express en limite Est, et malgré la proximité croissante de l'urbanisation de l'agglomération agenaise dont fait partie Foulayronnes, le site a conservé tout son cachet, et son charme rural.

Préconisations
développer les boisements le long de la voie express et du giratoire, afin de bien les séparer du site
établir un diagnostic paysager du parc, et un cahier de gestion pour sa restauration
prévoir la coupe du bois de pins laricios, et une replantation adaptée à la qualité du paysage
déplacer les réseaux aériens, ou les enfouir, pour sauvegarder les plantations d'alignement de l'allée
insérer l'ensemble du site dans le classement du plateau et des serres de Monbran et de Paulhac

Rédaction et visite de terrain juin 2011

Ressources