Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000301 - Confluent du Lot et de la Garonne
Procédure  Arrêté 05/07/1973
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
AIGUILLON  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 431.9 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« Il s’agit d’un site caractéristique du Lot-et-Garonne, au confluent du Lot et de la Garonne.
{…}, il s’agit d’une zone rurale pratiquement intacte, mais menacée. Menacée d’une part par des projets d’installations de dragage de traitement des sables et graviers et, d’autre part, par des constructions anarchiques qui viendraient s’élever au bord du fleuve. Or le secteur présente un grand intérêt général des points de vue pittoresque et touristique. » (Avis de l’inspecteur régional des sites– octobre 1972).

Etat actuel du site

• Environnement du site :
Le site se trouve dans la grande entité de la vallée de la Garonne au niveau de la confluence avec la rivière Baïse et plus en aval la rivière Lot. La confluence entre le Lot et la Garonne fait de ce lieu, un espace symbolique du département.
« L’événement » de la confluence est « théâtralisé » par la présence du Pech de Berre et par la boucle qu’effectue le Lot autour de ce relief calcaire dur. Le paysage est difficilement compréhensible depuis la plaine. Tout s’éclaire lorsqu’il se découvre depuis la croix du Pech de Berre. Depuis ce belvédère naturel, la course du Lot, la confluence des eaux, l’île Saint Sébastien, la grande plaine de la Garonne, les coteaux de l’une et l’autre vallée prennent corps. L’île Saint Sébastien est une langue de terre séparée de la Garonne par le canal de dérivation qui prend son origine au niveau du moulin en rive droite du Lot, nommé moulin de Pélaguat et se termine par une écluse qui permettait aux bateaux de reprendre le cours de la Garonne, en évitant les zones difficiles de la confluence. Depuis ce belvédère, c’est donc un immense territoire que l’on embrasse du regard. Une croix monumentale s’érige à l’extrémité sud-est de l’éperon, de là, le panorama est exceptionnel, il porte jusqu’à l’horizon boisé des Landes, mais aussi sur les Serres à l’est et au nord, et, avec une météorologie favorable jusqu’à la chaîne des Pyrénées. Le Pech donne à voir les deux vallées fertiles que se partagent de nombreuses parcelles de vergers et de cultures, un espace très agricole ponctué de bâti traditionnel aggloméré. En pied de relief, Nicole s’étire entre le fleuve et les fortes pentes.
Le haut de relief est un plateau ouvert cerné d’un ourlet boisé, exploité pour partie en carrière.
En bordure est du site, se trouve la ville d’Aiguillon, née de la confluence du Lot et de la Garonne, c’est un ancien port fluvial. Des vestiges de l’aire gallo-romaine sont encore visibles aujourd’hui, en particulier le crypto-portique en limite du site. Mais c’est le XVIIIème siècle qui a davantage marqué la ville par la construction par Emmanuel-Armand de Vignerod (1720-1788) du château dit des ducs d'Aiguillon, en limite de site, implanté sur la terrasse supérieure du fleuve, il surplombe le site inscrit de la confluence. Il abrite le lycée Stendhal depuis 1965.
Au niveau d’Aiguillon, il existe deux moulins en rive du Lot, le moulin de Pélaguat en rive droite (dans le site inscrit) et moulin de Saint-Joseph en rive gauche. Autrefois, il s’agissait de moulins à farine, devenus minoteries, transformés par la suite en centrales hydroélectriques.
La limite de site suit la limite communale, si bien que la rive gauche de la Garonne n’est pas dans le périmètre protégé. C’est pourquoi, la confluence avec la Baïse, n’est pas incluse dans le périmètre, ni même le charmant village de Saint Léger. La confluence est équipée d’une écluse qui permet aux bateaux de passer de la Baïse à la Garonne. Cette écluse et celle qui est à l’extrémité du canal de dérivation, donnent la possibilité aux embarcations de passer de la Baïse au Lot. Le Conseil Général a engagé des travaux pour restaurer et entretenir ce patrimoine et favoriser la navigation touristique.
En bordure est du site, la limite retenue est la voie ferrée qui est implantée sur une digue. C’est une limite nette, franche qui domine légèrement la vallée. De ce fait, le paysage du site inscrit est offert aux regards des nombreux passagers de la ligne de train Bordeaux/Nice, Bordeaux/Toulouse, etc…
Il apparaît que le site inscrit n’est pas à l’échelle de l’événement géographique qu’il entend protégé.
• Description du site :
Le site se trouve exclusivement sur la commune d’Aiguillon, les limites s’appuient au nord et à l’ouest sur les limites communales (milieu du fleuve Garonne à l’ouest, chemin rural au nord). A l’est, au nord, la limite emprunte le tracé de l’ancienne RN 113, incluant une partie du quartier du Passage et le moulin en rive droite du Lot, puis elle longe la rive gauche du Lot sur une centaine de mètres pour ensuite s’appuyer sur la voie ferrée. La ville de Nicole ne fait pas partie du site. Il n’y a pas à proprement parler de limite sud, le cours de la Garonne et le tracé de la voie ferrée se rejoignent formant une pointe.
Le site comprend la confluence et une bande d’environ 700 à 800m de vallée, en rive droite. Ce périmètre paraît tronqué. La confluence se trouve à l’extrémité nord du site. L’horizontalité de la vallée, la fragmentation par les mattes (digues), les barrières de l’eau rendent difficile l’appréhension du lieu et sa visite. Il n’y a pas de signalétique, ou de chemin de randonnée qui guident les pas. En persévérant, on finit par atteindre ce lieu emblématique de la rencontre des eaux et appréhender la dimension géographique exceptionnelle de la confluence. Alors que c’est le nom même du département et le logo retenu par le Conseil Général, il est incompréhensible que ce lieu soit si difficile à atteindre. Seul un sentier de pêcheur en rive gauche du Lot permet de rallier la pointe même et il n’est pas possible de retourner par la rive droite de Garonne, les taillis sont impénétrables. Non loin de la confluence, en bord de Garonne, se trouve le hameau Rébéquet, constitué de deux ensembles bâtis restaurés et habités.
Ainsi la vallée, dans sa partie inscrite est ponctuée d’ensembles bâtis plus ou moins importants avec quelques séchoirs à tabac. La large plaine est vouée aux grandes cultures céréalières irriguées, avec quelques peupleraies. A noter un ensemble singulier : au lieu-dit, les Bains, se trouve une maison de maître accompagnée de quelques annexes à caractère plus rural. Le parc ceint de hauts murs renferme une collection de statues, mises en scène dans une composition paysagère de style antique avec des pergolas, une végétation méditerranéenne (cyprès, pins, etc…). Le parc tient compte et tire parti des différences de niveau imposées par les digues de défense contre les crues en ménageant des « pièces » différentes. Il est dans le site inscrit, et visible de la voie ferrée. La station d’épuration en est très proche.
Le secteur au nord du Lot présente un aspect différent de la vallée de Garonne. Au niveau production agricole, la zone est occupée par des vergers (prunes, kiwis, …) et du maraîchage. Il y a un ensemble bâti important, la ferme de l’Ile. Dans ce secteur, le paysage est remarquable. La matte épouse la courbe du Lot permettant ainsi de dominer d’environ 4 à 5m les cultures côté est et côté ouest, le canal de dérivation, sa ripisylve et le Lot et de profiter, grâce à la courbe, de points de vues sans cesse changeants. A l’extrémité de ce secteur, le quartier du Passage est constitué de maisons anciennes et de maisons plus récentes datant des années 80. La partie à l’ouest de l’ancienne RN 113 est dans le site, alors que la partie à l’est en est exclue horsmis le moulin, profondément remanié. Une voie d’accès véhicule enjambe le canal de dérivation introduisant un vocabulaire routier dans cet espace déjà abîmé. Le moulin en rive gauche, plus authentique n’est pas en site mais le périmètre s’appuie sur l’ancienne chaussée qui reliait les deux bâtiments. Son aspect extérieur paraît plus authentique que le moulin en site inscrit.
L’ancienne route nationale traverse le Lot et le canal de dérivation grâce à un pont datant de Napoléon Ier, en pierre de taille calcaire avec sept arches en plein-cintre.
Une centaine de mètres en aval, le pont de chemin de fer enjambe à son tour le Lot et le canal.
La plaine de la Garonne est traversée par deux routes départementales qui se rejoignent avant de passer le pont de Saint Léger.
• Etat actuel du site :
La confluence est difficile à atteindre, elle n’est pas mise en valeur, elle est presque « invisible », il n’y a pas d’ouverture dans la ripisylve.
Près de la confluence, le long du sentier des pêcheurs, en rive du Lot, à un carrefour avec un chemin agricole plus large, il y a une décharge sauvage.
Le moulin, ses abords, le « dessous » du pont sont des espaces délaissés sans qualité.
Par contre, l’espace agricole de la vallée inclus dans le site inscrit reste un échantillon assez représentatif et qualitatif du paysage de la vallée de Garonne dans ce secteur. L’urbanisation récente est très rare voire inexistante du fait du caractère inondable des parcelles.

Enjeux et préconisations

Le site de la confluence devrait être le site emblématique du département, mais il est trop restreint. Il comprend des motifs de paysage emblématiques, la plaine agricole de Garonne avec ses mattes et ses corps de ferme, le canal de dérivation équipé de ses deux écluses, les vergers de la vallée du Lot, les moulins, … Mais il n’est pas à la bonne échelle. Il semble constitué de l’ensemble de ces motifs mais la bonne échelle de paysage dans laquelle s’expriment, s’emboîtent, dialoguent ces différents motifs n’est pas prise en compte. De même font défaut les sentes, les chemins pour parcourir ce territoire….

PRECONISATIONS
- Donner une cohérence au site protégé avec un périmètre beaucoup plus ample, incluant le pech de Berre et l’ample boucle du Lot, ainsi que la Baïse. Le classement de ce site fait partie du programme pluriannuel de protection des sites en Lot et Garonne validé par la CDS, et figure sur la liste indicative établie en 2006 par le Ministère chargé des Sites.
- Permettre d’accéder à la pointe de la confluence et si possible sans perturber l’activité agricole, permettre d’arpenter le site, de découvrir ce paysage depuis le haut des mattes.
- Prévoir dans le document d’urbanisme de la commune un zonage adapté pour la protection des paysages naturels, agricoles et forestiers, du site de la confluence et de ses abords.

Rédaction fiche avril 2010

Ressources