Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000295 - Val de la Baïse (NERAC)
Procédure  Arrêté 05/05/1983
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
NERAC  (47)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 306.86 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« Le Val de Baïse est un ensemble naturel encore bien préservé, qui encadre de part et d’autre l’agglomération néracaise.
De vieilles demeures, souvenir de fastes d’antan et sans doute de […] Henry IV, viennent émailler le paysage. L’extension de la ville a évité jusqu’à présent d’empiéter sur ce secteur. Le Plan d’Occupation des Sols l’a classé en ND, compte tenu de son intérêt paysager et touristique.
Le présent dossier vient conforter en outre le site classé de la Garenne (23 juillet 1909). Le conseil municipal de Nérac est très favorable à cette protection ».
(Rapport de présentation par le délégué régional à l’architecture et à l’environnement d’Aquitaine le 8 juillet 1982).

Etat actuel du site

• Environnement du site :
Le site protège le Val de Baïse en amont et en aval de la ville de Nérac, capitale du pays d’Albret, au sud-ouest du département de Lot-et-Garonne. La ville de Nérac et ses environs sont marqués par la famille d’Albret dont la personnalité la plus connue reste Henry IV qui en a fait une place politique importante. La ville de Nérac a gardé nombre de vestiges de cette époque fastueuse, elle est restée un site riche d’art et d’histoire qui lui vaut de multiples protections.
La Baïse prend sa source dans les Hautes-Pyrénées, traverse le département du Gers et rejoint la Garonne à Saint-Léger. Le site du Val de Baïse se trouve à environ vingt kilomètres de la confluence avec la Garonne et cinq kilomètres en amont de son confluent avec la Gélise (à Barbaste).
Actuellement, la Baïse est navigable de Valence-sur-Baïse dans le Gers, à Saint-Léger soit 58 km ponctués de 20 écluses, elle est donc navigable dans le secteur de Nérac, où le cours est orienté sud est / nord ouest. Elle relie des lieux prestigieux comme l’abbaye cistercienne de Flaran, sur la commune de Valence et différentes bastides qui mettaient à profit sa navigabilité pour exporter leurs productions. C’est pourquoi le cours de la rivière est jalonné d’éléments patrimoniaux de grande valeur qui favorisent le tourisme fluvial. Les coteaux sont tantôt boisés sur les fortes pentes au sud notamment, tantôt ouverts par l’agriculture sur les pentes plus douces (prairies et cultures) autour de Bréant et Servat au nord notamment.
Les extensions urbaines récentes autour de la ville ancienne sont nombreuses. Ainsi, une grande zone de lotissement s’est organisée en rive droite entre le Petit Nérac et le hameau de Nazareth (en limite de site, hors site). Mais le profil de la vallée qui comprend des terrasses marquées évite des co-visibilités, la zone urbaine n’est pas visible depuis le bord de Baïse, de même la rivière ne se voit pas de la terrasse supérieure.
Les abords du site sont par endroits occupés par des zones d’activités ou d’usines, principalement le long de la RD 930, au nord de Nérac, en rive gauche de la Baïse. en vis-à-vis du site inscrit.. Un des établissements est classé SEVESO (Sobegal), dans lequel est stocké du gaz, à mi-chemin entre le château de Seguinot et le château de Bournac. En entrée de ville de Nérac, au niveau où le périmètre quitte le tracé de la départementale et marque un décroché pour exclure les zones bâties, se trouve une pépinière avec ses plantations de végétaux. En rive droite, à l’autre extrémité du site, au niveau du hameau de Nazareth, il y a également une grande usine : Hilleshög (betterave sucrière), et en rive gauche de nombreuses activités le long de la route, dont les ateliers municipaux.

• Description du site :
Le site protège la vallée de la Baïse au nord et au sud de la ville de Nérac. Il jouxte et parfois se superpose avec les sites de La Garenne, du Vieux Nérac, de Séguinot… Le périmètre couvre environ un linéaire de huit à neuf kilomètres de cours d’eau. Sur cette portion, la vallée est assez large, en moyenne 1,7 km, on remarque un resserrement au niveau de la ville de Nérac (à peine 1km). En terme de profil, le périmètre protège soit le lit mineur, soit une partie de la première terrasse, il ne s’étend jamais au delà du pied de coteau qui pourtant constitue la limite visuelle de la vallée.
D’amont en aval, le périmètre du site est divisé en deux îlots, et quatre secteurs sont indentifiables : le hameau de Nazareth et l’amont de la ville de Nérac agricole, la rive gauche de la Baïse en secteur urbain en amont de Nérac, les rives de la Baïse en secteur urbain en aval de Nérac et enfin, le secteur nord agricole ponctué de belles demeures.

1) Hameau de Nazareth et amnt agricole de Nérac
Au sud, le périmètre s’appuie sur la confluence avec le ruisseau de Caillau. Il n’est pas symétrique par rapport à la rivière. La protection longe la rive gauche alors qu’à l’est, le site protège une grande partie de la vallée agricole de la Baïse. Ainsi, de grandes parcelles cultivées (orge, blé, tournesol, maïs) s’étendent sur la première terrasse jusqu’aux coteaux. De grands chênes en alignement marquent les limites du parcellaire. Dans ce secteur, les fermes sont dispersées, la ferme de Caillavet est en site et présente un beau pigeonnier en pied de mulet.
A cet endroit, les rives de la Baïse sont escarpées, le dénivelé de la première terrasse est important et l’accès à l’eau est difficile, ce qui explique l’enfrichement des rives souvent étroites. La ripisylve est très présente. Certaines berges sont ouvertes par la présence de prairies le long de la rivière (replat au bord de l’eau avant la forte pente de la première terrasse). La plupart des prairies apparaissent en cours d’enfrichement. Une station de pompage a été récemment construite sur la première terrasse (abords non aménagés).
Plus en aval, en rive droite, le hameau ancien de Nazareth est aujourd’hui en bordure des nouvelles zones urbanisées de Nérac (lotissement hors site). Le hameau, implanté sur la terrasse, est assez dense et d’aspect rural. Il a été construit à la confluence de ruisseau de Malé et de la Baïse (vallon creusant la terrasse). Il est marqué par la présence du donjon en ruine datant du XIIIème et XIVème siècle et d’un moulin situé à quelques mètres en aval du hameau, sur la Baïse. Les ruines du donjon dominent le hameau. Elles sont implantées sur le point haut, en rebord de terrasse surplombant le vallon du ruisseau de Malé. Plus en amont, au creux du vallon se trouve un lavoir couvert ainsi qu’une source. Là, un pont à une arche enjambe le ruisseau de Malé.
Le hameau présente une place principale de forme triangulaire et plantée de prunus pisardii, des alignements bâtis de plusieurs maisons anciennes mitoyenne (R+1) entourent la place. Quelques véhicules stationnent autour de cet espace, elle est aussi le lieu des jeux de pétanque. On note peu de maisons récentes dans le hameau, seules quelques unes se trouvent en retrait à l’est.
Les vues sur la Baïse sont assez rares, mais un sentier permet d’accéder à ses berges. Un agréable chemin sous couvert boisé a été aménagé en rive droite, il permet de rejoindre dans un premier temps le moulin de Nazareth puis la ville de Nérac via la Garenne. Le moulin est composé de plusieurs bâtiments abandonnés et pour certains ruinés. Une île sur la Baïse se trouve face au moulin. Le passage des bateaux se fait contre la rive gauche (écluse) car un barrage se trouve entre le moulin et l’île. Une pittoresque falaise calcaire avec grottes surplombe l’écluse. Une maison d’éclusier se trouve là aussi.

2) Rive gauche de la Baïse en secteur urbain en amont de Nérac
La rivière elle-même est exclue. Cette portion protège les boisements en rive au sud, puis les jardins potagers lanièrés correspondant à l’ancien Jardin du Roy. De cet ancien jardin, il reste le palais de Marianne (hors site) et le pavillon des Bains du Roy (en site). La commune a pour volonté de racheter progressivement les jardins privatifs en lanières dans le but de maîtriser le lieu et d’évoquer à terme l’ancien jardin Renaissance des Albret en lien avec le château et la Garenne. Certaines parcelles ont déjà été acquises et aménagées, c’est le cas de la parcelle du pavillon des Bains du Roy qui constituait la limite nord de l’enclos du Jardin du Roy. L’urbanisation est complètement exclue du périmètre.
Pour faciliter les liaisons douces, une nouvelle passerelle franchit la rivière au niveau du chalet dans le parc de la Garenne (Site Classé), elle relie donc le parc en rive droite, avec la rive gauche où circule un chemin en rive. Elle permet ainsi de faire une boucle. Depuis ce sentier en rive gauche, les vues sur la Garenne, sont de belle qualité. La limite ouest s’appuie sur le chemin des jardins du Roy et englobe la place de la fontaine.

3) Rives de la Baïse en secteur urbain aval de Nérac
Le second îlot protégé, est étroit sur sa première tranche et chevauche le périmètre du vieux Nérac au niveau de l’écluse et du moulin. Le périmètre s’appuie sur le Pont Vieux et englobe le lit majeur de la Baïse, il s’appuie à l’ouest sur les rues de Bordeaux et Laribère puis sur le chemin rural passant derrière le cimetière. A l’est, en rive droite, il s’appuie sur la RD 258 implantée sur la terrasse. A l’ouest, en rive gauche, il exclut une grande partie de l’urbanisation, le cimetière ainsi que les parcelles exploitées par la pépinière. Quelques maisons et une entreprise se trouvent tout de même en site, implantées à l’est de la rue. Entre les rues et la Baïse, des parcelles agricoles sont cultivées. Bien que peu épaisse, la ripisylve perdure en rive gauche. En rive droite, des peupliers ont été plantés, à proximité de la station d’épuration.
Plus au nord, alors qu’en rive gauche un triangle boisé fait suite aux parcelles ouvertes, en rive droite s’ouvre une grande parcelle cultivée. Celle-ci se trouve en contre-bas du lieu dit Tiffon. Il s’agit d’un hameau linéaire implanté le long de la voie en limite de site. Plus en aval, se trouvent le hameau et l’écluse de Bapomme, charmant endroit où le bâti est restauré. Le moulin en ruine est fleuri.


4) Secteur Nord agricole
La section la plus en aval, en limite de la commune de Barbaste, est aussi la plus large. A l’ouest, au lieu de suivre la terrasse comme c’était le cas auparavant, le site vient englober une partie de la terrasse cultivée et s’appuie sur la RD 930 (zone d’activité en linéaire le long de la route hors site). A l’est, le périmètre suit toujours la route qui s’éloigne peu à peu du rebord de terrasse et protège ainsi la terrasse agricole.
Depuis les deux routes en limite de site, les paysages apparaissent comme très ouverts par l’exploitation agricole (blé, orge, maïs, tournesol, …). En rive droite, le château de Lagrange Monrepos s’élève fièrement au bout de son allée plantée de feuillus. Il est implanté non loin du rebord de terrasse. Une grande parcelle de noyers a été plantée au sud du château pour préserver l’intimité des abords de la demeure aménagés en jardin d’agrément autour d’une grande piscine. En contre-bas du château, en bord de rivière, subsiste une tortuguière, bassin à tortues que l’on trouve également au Jardin du Roy et au château de Séguinot. Toujours en rive droite, au lieu dit Lagrange Monrepos et depuis une ferme, on peut accéder à une écluse, la dernière du site. Elle s’accompagne d’une maison d’éclusier restaurée. Des affleurements de calcaires ainsi que plusieurs cavités se trouvent dans le dénivelé de la première terrasse.
En rive gauche, deux demeures sont remarquables, implantées sur la rupture de pente et dominant la rivière. Le château de Bournac présente un bel alignement double de marronniers de part et d’autre de l’allée d’arrivée, mais la demeure est peu visible depuis l’espace public. Le second château se trouve plus au nord, il s’agit du château de Séguinot, qui est lui-même protégé comme site inscrit (voir fiche n° 40).

• Etat actuel du site :
Le site est de manière générale de belle qualité. En se penchant sur les photographies anciennes on s’aperçoit de l’évolution du paysage vers une fermeture et notamment au niveau des bords de Baïse et de la ripisylve, qui est beaucoup plus présente.
Le hameau de Nazareth est rural et charmant dans l’ensemble. Malgré tout, la place principale est un peu datée (prunus pisardii et matériaux au sol), les espaces publics sont par endroits assez abîmés et le donjon est envahi de végétation. Un escalier permettant de descendre au lavoir a été restauré.
Les abords des écluses sont en bon état, et parfois plein de charmes. Ils ont été restaurés du fait de l’engouement du tourisme fluvial.
Les belles demeures situées en aval de Nérac semblent être entretenues.
La campagne est occupée par une agriculture principalement céréalière (blé, orge, maïs) et oléagineux (tournesol, colza). Création récente d’une station de pompage au sud du site, en rive droite.
L’implantation de la zone d’activité à l’ouest de la RD 930, laisse présumer une efficacité de la protection en Site Inscrit, puisque aucune entreprise n’est venue s’implanter dans le périmètre.

Enjeux et préconisations

Enjeux
C’est un site de grande qualité paysagère qui intéresse autant par le paysage protégé lui-même que par son environnement : vieux Nérac, Garenne, coteaux, … Le long de ce linéaire de rivière se découvrent différentes ambiances, parfois très ouvertes, parfois plus intimes (autour des écluses notamment). De plus, de belles demeures, dont deux d’entres elles sont protégées au titre des Monuments Historiques, viennent ponctuer l’ensemble agricole de la première terrasse de la Baïse. Il semblerait que la protection en site ait été efficace pour limiter la création de zones d’activités, à l’est de la RD 930.

Préconisations :
- Encourager le maintien et l’augmentation des vues sur la Baïse depuis l’espace public.
- Maintenir les parcelles ouvertes dans le lit majeur de la Baïse et créer des ouvertures dans la ripisylve.
- Eviter les plantations systématiques de peupliers qui viennent fermer les vues et banaliser le paysage
- Encourager la restauration des espaces publics de Nazareth, tout en conservant l’aspect rural du hameau. Créer une signalétique pour indiquer les points d’intérêts (lavoir/source, chemin du moulin).
- Améliorer les abords de la station de pompage (dépôts de matériaux suite aux travaux de construction et d’aménagements).
- Eviter toutes constructions en site inscrit le long de la RD 930. Préserver les vues vers la terrasse agricole et vers la Baïse.
- Revoir le périmètre du Site Inscrit, en englobant les coteaux en fort vis à vis, notamment en aval du site, et prévoir en attendant dans le document d’urbanisme de la commune un zonage adapté pour la protection des paysages faisant partie du site ou contribuant à la qualité de son environnement.

Pour une meilleure compréhension des protections :
- Créer un seul site regroupant l’ensemble.
- Classer la Baïse, les rives et notamment les Jardins du Roy, en vis-à-vis de la Garenne et mettre en valeur l’ensemble, comme préconisé dans « l’étude historique et paysagère du parc de la Garenne et des Jardins du Roy » menée par la commune en 2010.


Visite de terrain en avril 2010

Ressources