Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000168 - Village et ses abords (SAINT-MACAIRE)
Procédure  Arrêté 22/04/1965
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
SAINT-MACAIRE  (33)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 19.94 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection


Etat actuel du site

• Environnement du site :
Le bourg de Saint-Macaire est implanté en rive droite de Garonne, presqu’en face de Langon. L’environnement du site comprend des paysages contrastés, soit le paysage de bord de fleuve, en partie inondable, non bâti, dévolu à la culture ou aux peupleraies, soit les coteaux en vigne, soit les secteurs périurbains qui se sont développés au nord du centre ancien de Saint-Macaire et le long des axes routiers.

• Description du site :
Le bourg de Saint-Macaire s’est implanté à l’abri des crues de Garonne, en bordure de la première terrasse. Côté Garonne, c’est une grande façade monumentale qui s'élève, en partie sur des affleurements rocheux, avec un front de rempart et de grandes élévations scandées par des contreforts puissants. Au centre se dresse l’église Saint-Sauveur et, non loin le prieuré restauré. A l’est, se trouve le château de Tardes. L’ensemble constitue une silhouette bâtie de plus de 300 m de long avec ses faubourgs, à l’est, le quartier du Thuron et à l’ouest le quartier de Randesse. En contrebas du château de Tardes, un ancien dancing avait été aménagé au devant des « grottes » ou anciennes carrières. A l’autre extrémité de la façade fortifiée, se trouve le quartier de l’ancien port. Sur le cadastre napoléonien, le chenal qui permettait de joindre le fleuve au port est visible, son tracé correspond à la limite sud du site.
L’éloignement du fleuve et le dégagement de certaines parcelles permettent de prendre du recul et d’apprécier cette grande élévation, bien qu’il reste quelques arbres et des plantations de peupliers. Au nord de la façade fortifiée, le périmètre englobe le centre ancien. La forme urbaine primitive est composée en demi-cercle, peut-être héritée d’une première enceinte. A l’extérieur de cette forme, on repère un tissu bâti ancien, comme la belle place du Mercadiou, bordée d’immeubles sur couverts. Le centre ancien recèle une grande richesse patrimoniale (tantôt une porte renaissance, tantôt des arcades gothiques, tantôt des fenêtres à meneaux,...) confirmée par la longue liste d’édifices protégés au titre des monuments historiques.

• Etat actuel du site :
L’état actuel du site est inégal. Mais la comparaison avec des vues anciennes montre combien d’efforts ont été accomplis depuis plusieurs années. Certaines rues ont fait l’objet d’aménagements de sol soignés. Pour autant, il reste du travail. Le quartier du port, charmant et pittoresque présente un aspect sanitaire inquiétant. Il semble abandonné.

Enjeux et préconisations

Compte-tenu de la qualité du patrimoine bâti, la mise en place d’une ZPPAUP/AVAP est une bonne solution pour accompagner l’évolution du bourg. Par contre, la situation en rebord de terrasse, l’élévation des remparts, l’effet de silhouette monumentale, le dégagement jusqu’à Garonne donnent à ce lieu une dimension paysagère qui justifie la protection au titre de sites. Pour autant, il nous semblerait pertinent d’étendre le périmètre jusqu’au fleuve et de prendre en compte tout le linéaire du chenal.

Préconisations en terme de projet :
- Résorber le bâti lié au dancing, s’il n’a plus d’usage.
- Restaurer les maisons basses du port, actuellement en mauvais état.
- Conserver et renforcer le caractère rural des parcelles entre fleuve et bourg, limiter tous les aménagements à part les chemins de terre et quelques bancs.
- Raconter l’histoire du fleuve, le chenal, le déplacement des eaux.
- Poursuivre la restauration et la mise en valeur du centre ancien.

• Conclusion :
Le bourg de Saint-Macaire présente deux intérêts majeurs, d’une part une forme urbaine et un patrimoine bâti de grande qualité et d’autre part une situation en rive de Garonne, sur la première terrasse, dans un rapport de distance au fleuve qui met en place une belle théâtralité du site. Mais la dimension paysagère semble insuffisamment prise en compte, le périmètre ne se prolonge pas jusqu’au fleuve et le tracé de l’ancien chenal du port qui sert de limite sud, n’est pris en compte que sur la moitié de sa longueur. Tant pour des raisons paysagères qu’historiques, il nous semble opportun d’envisager une extension de la protection et d’étendre le périmètre a minima jusqu’à la berge.

Visite de terrain en mars 2012

Ressources