Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000163 - Site du Sauternais
Procédure  Arrêté 22/07/1981
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
BOMMES  (33)
FARGUES  (33)
PREIGNAC  (33)
PUJOLS-SUR-CIRON  (33)
SAUTERNES  (33)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt historique et pittoresque

Statut de propriété
Communal et privé

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 2562.91 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

D’après le rapport distribué à la commission du site du 22/10/1980 : « Le Sauternais présente des collines basses, creusées de minuscules vallées, avec une diagonale plus accentuée du sud-ouest au nord-est, la vallée du Ciron, modeste affluent de la Garonne… Il paraît très nécessaire de préserver le vignoble, les châteaux, le volume général du bâti. La proximité immédiate de la petite métropole de Langon fait, dans de nombreux secteurs, sentir sa pression urbanisante (…) L’énorme métropole bordelaise (500 000 habitants), (…) entraînent deux conséquences directes pour les sites du Sauternais : d’une part, une pression urbanisante diffuse, {…} et d’autre part, et contradictoirement, la vocation de plus en plus affirmée de « zone de décompression » (lieu de promenade dominicale, par exemple) qui exige donc le respect du site ».

Etat actuel du site

• Environnement du site :
Le site du Sauternais se trouve à quelques kilomètres à l’ouest de la ville de Langon. Il se développe sur les coteaux sud de la vallée de Garonne entre deux petites vallées affluentes. C’est un secteur viticole de grande notoriété..
L’appellation « Sauternes » s’étend sur 1956 hectares (Barsac inclus) et sur le territoire de cinq communes : Sauternes, Bommes, Fargues, Preignac et Barsac.
Compte tenu de la proximité de la ville de Langon, l’environnement à l’est présente un caractère urbain et surtout péri-urbain. L’échangeur autoroutier a favorisé les implantations artisanales et commerciales mais ces grandes zones ne sont pas visibles depuis le site. En bordure nord, parallèle au cours de la Garonne passe l’A62, l’autoroute des deux mers.

• Description du site :
Le site englobe une grande partie du territoire qui porte l’appellation « Sauternes ». Le périmètre s’appuie sur la vallée du Ciron à l’ouest puis au sud, sur des secteurs où la forêt de pins maritimes supplante la vigne. Le Ciron est un élément sensible du site puisque le Botrytis Cinerea, pourriture noble indispensable pour l’élaboration des vins liquoreux se développe grâce aux brumes matinales que la rivière génère en fin d’été.
Dans ce territoire, le relief ondule avec douceur, les versants s’infléchissent tantôt vers la Garonne, tantôt vers la vallée du Ciron, tantôt vers de petites combes.
La vigne occupe les 3/5 du site en superficie. Elle autorise de larges vues sur le paysage alentour et ses rangs réguliers épousent et surlignent les modelés.
Les prairies et parcelles cultivées sont peu nombreuses, principalement regroupées dans la vallée du Ciron ou dans les combes humides.
La forêt couvre environ 1/5 du site. Les boisements sont variés : dans la vallée, des peupleraies, quelques parcelles de robiniers faux-acacia (échalas pour les vignes) et sur les hauteurs, des pinèdes (pins maritimes). Le site compte aussi des boisements spontanés de feuillus.
Autour des demeures se repèrent de grands arbres, soit des essences de type parc paysager du XIXème, soit des essences plus traditionnelles. La présence végétale se retrouve également en bord de Ciron ou le long des rus.

Le site est sillonné par de nombreuses routes qui permettent de découvrir le paysage et profiter de multiples scènes paysagères.
Trois villages sont inclus dans le site : Fargues-de-Langon, Sauternes et Bommes. Le village de Sauternes constitue la vitrine de l’AOC « vignoble de Sauternes ».
En dehors des villages, le paysage est ponctué de nombreux ensembles bâtis.
Les châteaux (environ 50) offrent une grande diversité d’architecture. Trois d’entre eux sont protégés comme sites classés : le château d’Yquem, le château de Suduiraut et le château de Malle. Mais, protégés ou non, ces châteaux et demeures constituent autant de motifs pittoresques et charmants dans le paysage des vignes.
Il existe également des quartiers d’extensions relativement discrets, implantés dans les combes ou dans la vallée du Ciron ou dans les secteurs de forêt. Ces extensions sont assez banales et ne rendent pas compte des caractéristiques du site.

• Etat actuel du site :
Le paysage du sauternais reste dominé par la vigne et ponctué de magnifiques demeures, rythmé par des écrans végétaux successifs qui en démultiplient les perceptions.
Cependant, la pression urbaine est sensible à l’intérieur du site : implantations pavillonnaires sans nuance et dépôt anarchique de caravanes et mobil homes. Même s’il y a peu ou pas de co-visibilité avec les espaces les plus « emblématiques », cette vision du site est décevante.

Enjeux et préconisations

- Juguler la pression urbaine en bordure du périmètre protégé. Inciter à construire des hameaux denses (respect de la loi SRU), reprendre des organisations sur cour, pour fabriquer des formes urbaines conformes à l’identité des lieux. Privilégier les volumes simples, définir une palette végétale adaptée à ce paysage agreste.
- Poursuivre la mise en valeur des villages, conserver l’identité rurale, accompagner les restaurations.
- Restaurer le petit patrimoine.
- Encadrer les projets de valorisation touristique pour limiter les supports de signalétique dans le paysage.
- Prendre garde à la fermeture du milieu par les boisements (pins ou peupliers) et anticiper sur le risque de perte des vues.

• Conclusion :
Le site du Sauternais n’est pas spectaculaire mais c’est un paysage rural de grande qualité, équilibré et attachant. Dominé par la vigne qui surligne des modelés doux, orientés tantôt vers la Garonne, tantôt vers le Ciron ou vers de petites combes. Il est possible de croiser un troupeau qui pâture dans une combe fraîche, de longer un bois dense, de découvrir un lavoir blotti dans la pente, de repérer quelques belles silhouettes d’arbres séculaires ou de laisser son regard porter loin sur les coteaux nord du fleuve. Ce paysage agreste est émaillé par de nombreux motifs bâtis, châteaux anciens ou remaniés, maisons de maître ou bâti rural plus modeste, sans oublier les villages. L’état actuel du site témoigne d’une démarche de protection qui a bien fonctionné, les caractéristiques paysagères décrites dans le dossier de protection, aussi bien végétales qu’urbaines ou bâties sont globalement conservées.
Visite de terrain en mars et mai 2012

Ressources