Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000158 - Bourg (ISLE-SAINT-GEORGES)
Procédure  Arrêté 22/03/1978
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
ISLE-SAINT-GEORGES  (33)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 52.23 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

« C’est de la protection du bourg de l’Isle Saint-Georges qu’il s’agit, vieux port deux fois millénaire, qui joue un rôle très important dans l’économie de cette région. Son inscription permettra de mieux contrôler les travaux et mieux, de les orienter dans le sens nécessaire ».
d’après un rapport de l’inspecteur régional des sites M.Rougier.

Etat actuel du site

• Environnement du site :
La commune d’Isle Saint-Georges est implantée à 25 km en amont de Bordeaux, en bordure du fleuve, en rive gauche, dans la plaine de Garonne. Proche du fleuve, elle est un peu à l’écart des voies principales.
Le profil de la vallée est très contrasté. En effet, en rive droite, le coteau se dresse vigoureusement et laisse paraître des affleurements calcaires. C’est ainsi que du site, on découvre les façades du village de Cambes coiffées par ces falaises de couleur claire. Le haut du relief culmine à 70m environ alors que la plaine de Garonne, au niveau d’Isle Saint-Georges est proche du niveau de la mer, soit 5m. C’est ce paysage qui constitue l’horizon du site, vers le nord. Sous les autres orientations, l’absence de relief bloque le regard dès les premiers écrans végétaux. Autour du site, l’occupation du sol est agricole comme dans le périmètre protégé. Le drainage des parcelles se traduit par un important maillage de fossés (rouille). Dans ce secteur se pratique la pêche à l'alose et s’élabore le vin de palus.

• Description du site 
Le site inscrit protège le bourg d’Isle Saint-Georges ainsi que les parcelles agricoles alentour, plus particulièrement au sud et au nord jusqu’au fleuve. Entre le village et la Garonne, au nord et à l’est, les fossés garnis de phragmites marquent le paysage singulier des bords de Garonne. Les parcelles de vignes sont en nombre important. Au sud et sud-ouest, les prairies, les haies le long des limites parcellaires et les bosquets de feuillus composent un paysage plus varié.
Le village est traversé par le Saucats, qui va rejoindre la Garonne après une course de 350m environ. La plus grande partie du village se trouve en rive droite de la rivière. Dans la séquence urbaine, les berges sont maçonnées, traitées en quai, avec des rampes de mises à l’eau. C’est à cet emplacement que se trouve le port deux fois millénaire cité dans le rapport. Un pont enjambe la rivière au niveau de l’église, à l’aval duquel se trouve une écluse.
Les marées sont encore très sensibles à Isle-Saint-Georges comme en témoigne le niveau fluctuant du Saucats.

Le bourg ancien est composé de vieilles maisons de pierre (plus ou moins restaurées) et de bâtiments XIXème, assez cossus, inattendus dans ce contexte plutôt rural. L’une des maisons du bourg est signalée aux visiteurs, c’est la villa Verdelet, construite à la fin du 19ème siècle pour une famille bourgeoise bordelaise. On peut signaler également la villa Pelletan (début 19ème) bel immeuble de style classique, transformé en groupe scolaire.
Les rues et ruelles sont étroites. Le tracé courbe de la rue du Pont et de la rue de Touyac correspond au fossé circulaire qui entourait la motte féodale et son château. Ces éléments médiévaux ont disparu.
L’église et la mairie (ancien presbytère) se trouvent à l’est du port dans un secteur où l’espace public a fait l’objet d’aménagements récents. L’église date de 1852, son clocher ne possède pas de toit. Elle a été construite sur les restes d’une église romane qui faisait corps avec les bâtiments du prieuré et ceux du moulin à eau, disparus au milieu du XXème siècle. Au nord de l’église s’étend un grand espace en sol stabilisé, disponible pour les fêtes ou autres animations.

Au nord du village, un chemin de terre mène à Garonne, et rejoint la digue de défense contre les crues. On y découvre des carrelets à ponton. C’est agréable, depuis la berge, de contempler le fleuve, la rive droite et ses falaises ou bien de se retourner et regarder la silhouette à contre-jour de l’Isle Saint-Georges entourée de vignes.

• Etat actuel du site :
Le site est composite, il comprend des secteurs agricoles et le secteur bâti du village. Pour les parties naturelles, le site semble en bon état.
Pour les parties urbaines, c’est inégal. Certains bâtiments et îlots sont restaurés et traités, d’autres manquent d’entretien.

Enjeux et préconisations

- Poursuivre la valorisation du port.
- Faciliter l’insertion des nouvelles constructions par des plantations champêtres.
- Conserver public l’accès à Garonne.
- Prendre garde à l’envahissement de la berge par les bambous.

• Conclusion :
Le bourg d’Isle Saint-Georges est installé dans la palue, sur le ruisseau du Saucats, à quelques centaines de mètres de Garonne. Les terres qui séparent le fleuve du noyau bâti sont sillonnées de fossés qui drainent les anciens marais couverts aujourd’hui de pieds de vignes. Le bourg présente un grand potentiel dû à la présence d’un vieux port sur le Saucats, des traces de l’ancien château implanté sur une motte, et d’un bâti composite, avec des maisons villageoises traditionnelles et des villas plus originales, construites à la fin du XIXème siècle.
L’ensemble compose un site intéressant, diversifié, qu’il conviendrait de soumettre à une réflexion globale de mise en valeur.

Ressources