Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000079 - Château de Maupas et ses abords
Procédure  Arrêté 27/02/1979
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
ISSAC  (24)
SOURZAC  (24)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt historique et pittoresque

Statut de propriété
Privé

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 83.44 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

C’est le propriétaire qui a sollicité la protection, inquiet de voir évoluer le paysage de la vallée de la Grempoulie. Comme pour le château de Montréal, l’Inspecteur des sites espèrait amorcer, par cette protection, une protection plus étendue de la vallée de la Crempse.

• Environnement du site
La Grempoulie est un affluent de la rive droite de la Crempse. La vallée orientée nord-est/sud-ouest est comprise entre la vallée de l’Isle et la vallée de la Crempse. C’est un site proche de Mussidan, et donc proche d’un échangeur de l’A89. La pression urbaine n’est pas encore sensible, par contre la déprise agricole se perçoit.

Etat actuel du site

Le site se développe de part et d’autre de la vallée, sur une séquence d’environ 800m de long, il prend en compte les versants jusqu’aux lignes de crête. Le château de Maupas est implanté sur le versant exposé au nord-ouest, en bas de pente, dominant la rivière d’à peine 10m, alors que le relief contre lequel il est adossé s’élève à 133m. Les boisements (châtaigniers et pins) couvrent les pentes à partir de la côte de 100m environ, les bas de pentes, restant en prairie. La vallée est partiellement plantée de peupliers. Le château n’est pas en bon état mais c’est un édifice à forte valeur patrimoniale. Détruit en 1590, reconstruit en 1600, il a été endommagé par un incendie en 1927, d’après le courrier du propriétaire. Actuellement, le logis principal est privé de toitures sur environ 1/3 de sa longueur, il y a une tour d’enceinte ronde, également ruinée et sans toitures. Néanmoins, l’ensemble a belle allure, porté par un glacis en prairie et adossé par la masse des bois, il constitue un motif pittoresque de qualité. A l’arrière du château, probablement dans les anciens communs, est aménagée une maison d’habitation par un autre propriétaire. Ce bâtiment a subi des travaux sans nuances mais ils sont peu visibles, cachés par le volume du château. Entre les deux volumes, poussent de vieux marronniers de part et d’autre il y a une clôture qui préserve un espace privatif pour le château. Le propriétaire des communs cultive en amont des bâtiments, un potager et une vigne qui maintiennent un paysage domestique, transition heureuse entre le parcellaire agricole et l’ensemble bâti. En face du Maupas, sur le versant opposé, il y a le hameau de Redondie. Mieux exposé au soleil, il est situé plus haut, sur une avancée du relief qui culmine à 127m. Il est constitué d’anciens bâtiments remaniés de façon un peu raide, certains jardins se cachent derrière d’imposantes haies de conifères. Les bâtiments les plus en vue sur la vallée sont des hangars agricoles sans cachet. Lors de la visite de site, a été repérée une coupe de bois sur une parcelle à l’ouest du hameau, sans impact visuel pour la vue depuis la vallée.
Au lieu-dit, la Grenie, au-dessus du Maupas, dans les bois, il y a une exploitation agricole. Le périmètre passe par la route d’accès en impasse. Le corps de ferme est hors site, tandis qu’un hangar récent, de couleur claire est implanté dans le site, comme deux ou trois autres bâtiments, qui semblent eux antérieurs à la délimitation.
Le cadastre napoléonien ne fait pas état de jardin, le contour du mur d’enceinte est bien visible. Il y a un bassin alimenté par la rivière en contrebas du château, dont la permanence n’a pas été vérifiée lors de la visite de terrain. De même sur l’autre versant est mentionné le moulin de Maupas avec un joli bief qui correspond sur le terrain à une ligne de végétation. Ces éléments directement liés à la gestion du réseau hydraulique font partie de la richesse patrimoniale du site.

Enjeux et préconisations

- La couverture boisée continue, sur les hauts de versants, participe à la qualité du site. Il est important d’en maintenir la continuité et de conserver une dominante de feuillus.
- Evaluer l’état du château pour en prévenir la ruine. Sans château, le site perd de l’intérêt.
- Evaluer plus finement la qualité des vestiges du réseau hydraulique artificiel
- La préservation de cette courte séquence de la vallée est bien mais si la pression urbaine pousse jusqu’aux limites ouest, le site deviendra un paysage résiduel trop peu étendu. Les documents d’urbanisme doivent se charger de préserver la qualité de ce vallon.

• Conclusion :
L’ensemble formé par les communs, le château, entouré de son enceinte dominant la vallée, est un joli motif pittoresque dont l’agrément est accordé à tous les usagers de la RD 39. Cette dimension « publique » du site est un enjeu important à prendre en compte dans les efforts de préservation. Le paysage environnant reste de qualité malgré les hangars et la fermeture partielle par les peupliers. Il y a deux fragilités : l’état de conservation du château et l’arrivée de maisons neuves.

Visite de terrain en hiver 2006

Ressources