Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000061 - Bourg (BOURNIQUEL)
Procédure  Arrêté 30/06/1972
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
BOURNIQUEL  (24)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 0.49 hectare
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Protection d’un « bourg caractéristique du Périgord, serré autour d’une église romane » pour éviter que des « constructions modernes viennent gâcher à jamais cet héritage du passé ». rapport de présentation du site en vue de son inscription.

Etat actuel du site

• Environnement du site :
La commune de Bourniquel se situe à l’est de Bergerac, dans le Périgord noir. Le village est bi-polaire, c’est-à-dire qu’il se compose de deux zones bâties : l’une caractérisée par la présence de la mairie et de quelques maisons dispersées autour, dont certaines récentes, et l’autre, par la présence de l’église autour de laquelle se sont agglomérées plusieurs habitations. Les deux entités sont séparées par 200 mètres de voie rectiligne bordée par deux alignements d’arbres. Le site inscrit ne comprend que l’église et le plus proche bâti. Autour du site la campagne est préservée ; on retrouve d’importantes surfaces boisées, essentiellement de feuillus, des prairies pâturées et des parcelles cultivées. Le bourg de Bourniquel, situé sur une hauteur, offre des vues, à l’est et au nord. Il n’y a pas de nouvelles constructions autour du site inscrit, seules existent des maisons anciennes restaurées.

• Description du site :
Le site prend en compte l’église du bourg de Bourniquel (église paroissiale Sainte-Madeleine) , l’enclos du cimetière, ainsi qu’une partie des maisons se trouvant aux abords. Il s’agit d’un édifice roman, datant du XIIème siècle avec des extensions du XVIII ème siècle et du XIX ème siècle. Elle présente un volume simple, avec un clocher peigne en façade occidentale, un porche d’entrée accolé à la façade sud, et un chevet semi-circulaire. Elle est couverte en tuiles canal. L’église n’est pas protégée au titre des Monuments historiques. Le cimetière est accolé à l’église au sud et en contre-haut de celle-ci. Le cimetière comprend deux enclos, limités par un mur en pierre. Le premier enclos correspond à l’enclos originel, le second à une extension à l’est (il ne comporte que deux pierres tombales récentes). On communique de l’un à l’autre grâce à quelques marches. Une croix monumentale est érigée sur un socle au centre du premier enclos, les espaces entre les tombes sont enherbés ce qui confère au lieu un air moins sévère. Deux escaliers en pierre très étroits et encaissés descendent le long de l’église. L’un, à l’est, est bouché, l’autre à l’ouest donne sur un chemin rural grâce à un portillon. Un joli pré en triangle prolonge à l’est ces deux enclos. Le monument aux morts est adossé au mur de clôture de l’extension. Les maisons autour de l’église sont toutes restaurées, l’une est le presbytère.
Un espace public dont le caractère routier domine marque le site au sud : le goudron s’étend jusqu’au pied des murs d’enclos et les deux jardinières en béton ne suffisent pas à adoucir la première impression. Cette sur-largeur routière est complétée, au sud par une zone de stationnement qui correspond à une excavation de talus (seules 3/4 voitures peuvent y stationner). Ce décaissement abrite un transformateur, un panneau d’information en bois et une table de pique-nique.

• Etat actuel du site :
Le site est entretenu et de qualité. Les maisons dans les sites et aux abords proches sont restaurées et entretenues. Il en est de même pour l’église. La limite sud du cimetière, qui borde la route principale, est marquée par le caractère routier des aménagements évoqués précédemment, aménagements en décalage avec l’esprit des lieux.

Enjeux et préconisations

Une amélioration de la qualité de l’espace public au sud des enclos pourrait consister à remettre une partie des surfaces en herbe, à réduire l’emprise du goudron à la juste largeur de la route…

Rédaction 2008

Ressources