Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000008 - Ensemble urbain (SARLAT-LA-CANEDA)
Procédure  Arrêté 15/09/1966


Commune(s) d'Aquitaine
SARLAT-LA-CANEDA  (24)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 63.52 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

La patrimoine monumental médiéval et Renaissance de la ville de Sarlat est d’une très grande valeur tant il a été protégé au fil des siècles et offre encore une atmosphère de cité médiévale. Hôtels particuliers, églises, maisons bourgeoises, élégantes demeures de calcaire blond coiffées de lauzes grises et ornées de tourelles et de façades ciselées s’ouvrent sur de courtes rues sinueuses et légèrement pentues.

Une inscription du centre urbain de Sarlat au titre des sites a été proposée le 09 février 1943.

Le cœur de la ville a ensuite bénéficié du titre de secteur sauvegardé de la loi Malraux le 27 août 1964.

Le 15 septembre 1966, la création du secteur sauvegardé s’est accompagné de réflexions sur la protection des abords et le site inscrit existant sur le centre ancien a été étendu. En parallèle, de nombreuses protections au titre des monuments historiques ont été instaurées.

Etat actuel du site

Sarlat se trouve à 65 kilomètres au sud-est de Périgueux et à une dizaine de kilomètres de la vallée de la Dordogne. Capitale du Périgord Noir, Sarlat est le plus important centre touristique de la région.

En 1960, Sarlat était une petite ville de 7000 habitants. Bâtie autour d’une abbaye bénédictine fondée par Charlemagne, elle avait été une cité prospère, vivant de son industrie textile (chanvre), de son artisanat et d’un évêché opulent.

Le secteur sauvegardé fut créé par arrêtés des 22 juin et 27 août 1964. 50 immeubles furent rénovés et remis en état. La mise en valeur des éléments architecturaux typiquement sarladais : portes, lucarnes et toitures en lauzes a suivi les consolidations et la modernisation des appartements.

Le site inscrit est plus large que le secteur sauvegardé puisque son objet était d’accompagner les évolutions aux abords du centre ancien. Les abords du centre historiques ont vu des évolutions très importantes depuis les années 1960.

Une forte renommée touristique induit une pression forte pour l’accueil des touristes. L’entrée de la ville par la route départementale D704 par le nord illustre les conséquences de cette attractivité touristique : stationnements pour véhicules et pour camping cars, multiplication des panneaux d’informations touristiques...
Au cœur de la ville et sur la route qui contourne le secteur sauvegardé, les monuments tels que la Sous préfecture ont été remis en valeur mais l’importance des parcs de stationnements pour les véhicules atténue les efforts réalisés sur le bâti.

A l’est de la ville, en remontant la route D47, les lotissements existants ont une vue intéressante surplombant la ville. Les collines restent relativement bien boisées et permettent l’intégration de ces habitations des 30 dernières années sans intérêt patrimonial particulier.

Enfin en descendant la route D704 vers Bergerac, le paysage perd de son identité. Ponctué de panneaux publicitaires, matériaux de tout genre et de toutes les couleurs (lampadaires, garde corps, rond point), cet espace est fait pour la voiture. La visite à pied est dangereuse et sans intérêt alors qu’en se rapprochant de la gare, on se trouve nez à nez avec un extraordinaire pont, celui de la voie ferrée.

Au vu de l’état du site et des évolutions constatées, le site inscrit ne semble pas avoir permis d’accompagner qualitativement le développement des abords du secteur sauvegardé.

Enjeux et préconisations

Il est important de maîtriser l’urbanisation aux abords de Sarlat afin d’éviter comme beaucoup de villes touristiques, une perte d’identité. On retrouve le long des axes qui mènent à Sarlat des supermarchés, pharmacies, garages, hôtels au bord des routes qui tendent à banaliser le paysage urbain qui marque les entrées de Sarlat. La requalification de ces entrées de ville et leur maîtrise participeraient à accroître la qualité de découverte de Sarlat.

La problématique du stationnement automobile et des déplacements en période estivale constitue certainement un des enjeux majeurs de Sarlat et du site inscrit.

Ressources