Haut de page

FICHE | Site inscrit - SIN0000005 - Site des côteaux (SAINT-GERMAIN-DE-BELVES)
Procédure  Arrêté 25/06/2001
Arrêté d'inscription

Commune(s) d'Aquitaine
SAINT-GERMAIN-DE-BELVES  (24)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 377.41 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

En 1992 c’est un projet de camping (200 emplacements) près du hameau de Lolivarie qui a décidé la commune à demander cette inscription. Rappel de la procédure = 1ère CDS : janv 95 ; demande de la mairie d’exclure huit parcelles : avril 96 ; 2ème CDS : juin 96 -> confirmation du périmètre initial ; recensement des propriétaires, etc... transmission à l’échelon central : sept 99.
« Cette inscription se rattache au Nord au site inscrit du vallon de Pessat-Marcousin, lui-même contigu à la commune de Marsac inscrite en totalité à l’Inventaire supplémentaire.(…)
« D’une façon générale, la commune de St Germain de Belvès possède un territoire de coteaux au paysage attrayant où le bâti diffus est peu présent et souvent assez bien intégré.(…)
« Les pressions exercées par les constructions sont jusqu’ici restées faibles ;
« La municipalité souhaite préserver ces coteaux dont les hauteurs permettent des vues lointaines, notamment sur le bourg perché de Belvès à l’Ouest.
« Les vallons secs présentent une dissymétrie marquée (..) les divers stades de la végétation entremêlée forment un paysage naturel agréable dominant les terres agricoles des bas de versants où s’étendent surtout des prés laissant ça et là la place à quelques cultures et à des noyeraies .
« Le bâti... présente souvent un intérêt architectural. Il est représentatif des traditions périgourdines
de cette région de Belvès où les enduits prennent des teintes ocres rouges. »
Sont cités : le hameau de Lolivarie, la ferme de Goursat et les deux manoirs de Marcousin (XVIe - XVIIe) et de Conty (XVIIIe) .
(rapport de présentation pour le classement du site-Mr Bacheré -Inspecteur des Sites -1994)

Etat actuel du site

Ce site est constitué de coteaux calcaires découpés de vallons secs qui descendent de la crête qui fait la limite au Nord avec le site inscrit voisin (vallée de Pessat à Marcousin) . Ces vallons vont à l’Ouest vers le ruisseau de "la Vallée" et au Sud vers celui du " Neufond". Dénivelé = 145m
Les vallons secs ont une dissymétrie marquée :
- le versant exposé Sud est plus abrupt , rocailleux et très sec -> végétation clairsemée de pelouses sèches piquetées de genévriers ou de landes partiellement boisées
- le versant exposé Nord offre, tout comme les fonds de vallons, un caractère plus humide , riant et jardiné -> près, cultures , vergers de noyers, et boisements denses de chênes .
Ce fort contraste entre les deux versants est pour une grande part dans l’intérêt paysager de ce site.
La route de crête qui dessert le village depuis Soriac passe au travers d’un boisement dense où on longe le très discret manoir de Marcousin, avant de déboucher sur le sommet de la colline, plat et agricole, où se sont installés les habitats (lieu-dit ‘le Ségalat’ certainement des champs de seigle). Depuis cet immense replat agricole bien dégagé et souvent depuis les versants, les vues s’étendent au loin :
- depuis les versants tournés au Nord (Marcousin et St Germain de Belvès), vues vers la vallée de la Dordogne, au-delà du village de Siorac,
- au Sud vers la silhouette remarquable du village perché de Belvès.

Le village de St Germain de Belvès, situé en crête, présente une silhouette de qualité depuis toute la campagne environnante (hormis depuis le Nord, en limite de site, où quelques constructions neuves perturbent cette image). Les maisons, groupées autour de la place de l’église avec ses deux arbres (tilleuls), forment un ensemble au charme certain en donnant l’impression d’être un peu hors du temps et de l’agitation.
À noter : enfouissement des lignes aériennes EDF et Téléphone (à priori dès 1995).
Outre celles du village, de nombreuses constructions, plus ou moins groupées en hameau présentent un grand intérêt dans ce site.

Enjeux et préconisations

Le maintien d’une agriculture dynamique est un enjeu sur les points suivants :
- le contraste de la dissymétrie des versants serait très atténué si l’un des deux changeait de vocation (boisement dense sur les pentes , peupleraie en bas des pentes,…)
- la partie sommitale autour et à l’Ouest du village doit conserver sa vocation de champs ouverts (céréales et pâturages) pour rester un paysage où les vues lointaines sont très larges.
- la sylviculture : pour correspondre au plus près au caractère de ces paysages, une attention devrait être portée au mode d’exploitation de la forêt : boisement en mélange et entretien nuancé (pas de conifères en pavés monolithiques, éviter les coupes « à blanc »).
- enfin, il va sans dire que les noyeraies font partie intégrante de ce paysage du Périgord noir.

Urbanisation :
- la qualité des constructions récentes est souvent médiocre, s’inspirant d’un « style périgourdin » mais avec une relation au relief et des proportions qui sonnent faux (impression de « petit château » réduit à la photocopieuse).
- d’une façon caricaturale, la limite extérieure du site se lit dans le paysage ; toute la partie amont du site inscrit voisin de ‘la vallée entre Pessat et Marcousin’, qui est située au Nord du village de St Germain de Belvès est en train de s’urbaniser. C’est un secteur particulièrement sensible, près du village et du Manoir de Conty où il n’existe aucune protection. Les vues lointaines étant de qualité,
la pression à l’urbanisation ne peut que croître.
Afin d’assurer cette protection, le site inscrit voisin de ‘la vallée entre Pessat et Marcousin’ mériterait d’être étendu à minima jusqu’à la limite communale Est (à noter que le GR 36 longe ce secteur non protégé).

Ressources