Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000636 - Etang de Moliets
Procédure  Décret 20/04/1964
Acte de classement

Commune(s) d'Aquitaine
MOLIETS-ET-MAA  (40)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 13.64 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

En 1952, le Secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts demandait que soit dressée la liste des étangs landais classés dans l’ordre de leur intérêt pittoresque. Les étangs de Laprade et de Moliets faisaient partie de cette liste et leur classement a été vivement approuvé par la Commission Départementale des sites. Les critères retenus pour classer les étangs étaient alors leur caractère pittoresque et leur potentiel pour un développement touristique.
L’étang de Laprade fut qualifi é de « petit joyau » par la Commission départementale. L’étang de Moliets, malgré ses
rives alors déboisées, fut également reconnu « très beau » et comme nécessitant une protection. Le décret de classement ne prévoit cependant que la protection de la partie en eau de ces étangs et non de leurs abords.

Etat actuel du site

L’étang de Moliets, accessible depuis la route départementale n°117, constitue un îlot de nature dans un secteur urbanisé. En effet, situé entre les arènes, le bourg de Moliets-et-Maa et des lotissements, cet étang est utilisé aujourd’hui par les habitants et les touristes comme un lieu de détente. Un parcours sportif est aménagé à l’ouest de l’étang et des sentiers permettent de relier différents quartiers en longeant l’étang. Les rives est, plus sauvages et d’accès moins aisé, présentent des tonnes qui contribuent au caractère pittoresque du site.
L’étang de Laprade, situé plus au sud, présente un contexte tout à fait différent. Eloigné des secteurs urbanisés, son accès est moins aisé, même si le GR8 le longe pour partie. Noyé dans la pinède, ses berges présentent toutefois des boisements de feuillus intéressants et des zones humides riches. La présence de tonnes marque le paysage et indique l’usage principal de cet étang : la chasse.
Pour ces deux étangs, la protection porte sur des parcelles cadastrales qui initialement correspondaient à la partie en
eau des étangs. Le niveau d’eau ayant légèrement baissé, une partie des berges et des zones humides associées est située maintenant dans les parcelles classées par le décret du 20 avril 1964.

Enjeux et préconisations

Ces protections ne jouent pas pleinement leur rôle puisque les abords des étangs qui constituent leur écrin et participent à leur caractère pittoresque ne sont pas classés. Or des pressions d’urbanisation peuvent s’exercer aux abords de ces étangs.
On constate par exemple que des constructions ont été implantées en haut des dunes qui bordent l’étang de Moliets.
Le cadre naturel de l’étang est troublé par les toitures des pavillons. Les pressions d’urbanisation semblent s’exercer moins fortement autour de l’étang de Laprade.
Mais dans les deux cas, une extension du classement est nécessaire à la préservation effi cace de ces sites.
Cette extension de classement ne pourra cependant pas remédier seule à l’enjeu de comblement des étangs.

Ressources

Les diagnostics des étangs de Laprade et Moliets ont été regroupés, les deux étangs étant proches géographiquement et les décrets de protection ayant été pris le même jour.