Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000563 - Château de Roufillac
Procédure  Arrêté 24/04/1968
Acte de classement

Commune(s) d'Aquitaine
CARLUX  (24)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété
Privé

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 13.31 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Entre les courbes de Creysse, Meyronne, Pinsac, Souillac, en amont et les cingles de Montfort, Vitrac, Domme, Laroque-Gageac, en aval, la Dordogne s’écoule presque droit, pendant huit kilomètres, du nord-est vers le sud-ouest. Le château de Rouffilac est situé à l’extrémité nord de cette séquence linéaire de la vallée. Il est implanté en rive droite, juché sur un relief au pied duquel s’écoule la rivière, ne laissant qu’une étroite bande occupée par la route. Il profite à l’ouest, d’un étroit vallon qui entaille le versant et dégage encore davantage l’horizon. Au sud, sur la rive gauche, s’élève le château de Fénelon, qui semble faire face à Roufillac. La vallée de la Dordogne constitue un paysage remarquable, protégé au titre des sites, relativement préservé.

Etat actuel du site

Le château est implanté sur un point stratégique. Compte tenu du parcours de la Dordogne, et du vallon latéral, le château a une position dominante particulière, pratiquement dans l’axe sud-ouest de la rivière. En plus des vues très étendues, cette position dominante est largement matérialisée par d’imposants murs de soutènement formant deux niveaux de terrasse autour du château. Le site couvre une superficie de forme approximativement rectangulaire, boisée, qui s’étend des pieds de versants jusqu’en partie haute, englobant un léger relief qui culmine à 224m. Ce périmètre ne semble pas comprendre l’ensemble de la propriété, notamment à l’est vers la combe de Campredon. L’allée d’arrivée est longue, elle commence sur la route départementale, et forme un ample L qui gravit progressivement le coteau, puis se retourne droit vers le château. Elle traverse des bois. Aux abords du château, elle est longée par un alignement de marronniers, puis débouche sur la cour d’arrivée en gravier blanc. En contrebas de la cour, il y a une maison d’habitation. Longeant la façade ouest, la terrasse s’étire plein sud. Elle est dégagée, permettant de profiter de la situation de belvédère, ornée seulement de quelques vases, de topiaires et ponctuée de deux cyprès. Il y a un second niveau de terrasse parallèle. La plate-forme inférieure est moins plane, elle est partagée par un second mur, moins élevé déterminant une troisième terrasse. Ces espaces ont un caractère assez champêtre, ils sont traités en herbe et plantés de quelques arbres exotiques ou ornementaux. Le château est organisé autour d’une cour intérieure, non visible de l’extérieur, aménagée en jardin, de façon assez simple, tirant parti des affleurements rocheux. A l’avant de la façade sud du château, les maçonneries de soutènement ont été reprises.
La piscine a été aménagée en contrebas, à flanc de versant, avec habileté. Côté édifice, contre le mur de la cour, il reste un chêne vert imposant dont le tronc a été maçonné.
Le reste du parc se résume à une belle allée de promenade, établie à flanc de coteau. Dans des dispositions moins boisées, elle donnerait à voir de larges panoramas (n’était-ce pas sa première destination ?).

Côté pente, au premier tiers de la promenade, il reste un élément maçonné, sorte de balcon semi-circulaire construit qui comporte une ouverture en partie basse. A l’extrémité est, à l’extérieur du site, l’allée débouche dans un espace relativement plan, comportant des traces de bassins (source ?) et de bancs maçonnés. Ce lieu est en contrebas de la combe de Campredon, ce qui pourrait expliquer la présence d’eau. Dans le prolongement de l’allée, un chemin remonte vers le hameau.

Les abords du château sont très soignés et entretenus. L’entretien se poursuit aux abords de la piscine et le long de l’allée de promenade à flanc de coteau jusqu’à la clairière aménagée.

Enjeux et préconisations

Le site de Roufillac constitue un lieu stratégique, sur le cours de la Dordogne. Il offre des vues exceptionnelles sur la vallée et en particulier sur le château de Fénelon. De ce fait même, appréhendé depuis la rive gauche, il constitue un motif de paysage dont la conservation est essentielle pour le grand paysage de la vallée. C’est surtout à ce titre qu’il convient de maintenir la protection, davantage que pour la valeur même du parc, qui en l’état actuel des connaissances, ne présente rien de remarquable sur le plan de l’histoire des jardins. Une étude historique minimale pourrait dater l’aménagement en terrasse et évaluer la qualité de composition du parc.

Ressources