Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000559 - Terrasse, de l'église au château de Taste, et terrains en contrebas
Procédure  Arrêté 19/07/1939
Acte de classement

Commune(s) d'Aquitaine
SAINTE-CROIX-DU-MONT  (33)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Bourgs, centres anciens, bastide, patrimoine urbain

Superficie: 1.84 hectare
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Pas de rapport ni de courrier retraçant la motivation de protection.

Etat actuel du site

Environnement du site :
Le site de Sainte-Croix-du-Mont, qui protége une partie du village, se trouve sur un éperon rocheux calcaire surplombant au sud la grande vallée de la Garonne (rive droite), et au nord, le vallon secondaire de Médouc.
Depuis le site, c’est un vaste panorama qui s’ouvre sur le sud, les paysages de la Garonne et, plus loin, les vignobles du Sauternais. Les paysages de la plaine sont composés d’une mosaïque de culture, de prairies, de vignes et de boisements (peupleraie principalement). Les vignes sont particulièrement bien représentées dans ce terroir viticole prestigieux du bordelais, que cela soit dans la plaine ou sur les coteaux abrupts.
Le bâti prend aussi une place importante à travers l’implantation des villages et hameaux. Le vallon secondaire au nord composé en majorité de parcelles de vignes et prairies, accueille un magnifique corps de ferme restauré, siège du domaine viticole de Château Médouc.

• Description du site :
Le site nommé « Terrasse de l’église au château de Taste et terrains en contrebas » se trouve au sud du village de Sainte-Croix en rebord sud de l’éperon rocheux. Il comprend l’église et sa place, le château, son parc et son esplanade et la terrasse située en contre bas abritant le banc d’huîtres fossilisées.
Au sud de l’église, un belvédère offre au visiteur le paysage de la grande vallée de Garonne grâce à un dénivelé d’environ 80 mètres. Quatre vieux tilleuls alignés parallèlement au mur de soutènement cadrent les vues de manière intéressante. Le premier plan en contre-bas est constitué par la terrasse où est aménagé le « chemin paysager » qui donne à voir les huîtres fossilisées. La succession des terrasses se lit très clairement depuis ce point haut.
Un portail, encadré par deux pilliers monumentaux en pierre de taille, marque l’entrée dans le parc du château en continuité du parvis de l’église. Le parc en sa partie ouest est divisé en deux par l’allée rectiligne menant à l’édifice qui abrite la mairie. Ce parc arboré comprend un cèdre, des pins, des chênes verts et une’allée bordée de tilleuls taillés en tête de chat.

Le Château de Taste ou château de Ste Croix, est un château du 14ème siècle, reconstruit puis restauré au 19ème siècle. Le château est vendu à maintes reprises, puis en 1927 c’est la mairie qui l’achète pour y installer une école. Depuis les années 1970, l’école a été transférée et la mairie s’est installée dans le bâtiment des seigneurs de Tastes.
Le corps de logis est de plan rectangulaire, accosté de deux échauguettes circulaires couvertes d’un toit conique d’ardoise et comportant une tour d’escalier polygonale en façade. Deux tours se dressent à l’entrée de la cour.. A l’extrémité ouest du site se trouve l’ « esplanade » du château. Enherbée et surplombant à l’ouest le village du Peyrat, elle donne à voir le village de Barsac et la vallée de Garonne à l’ouest. Le talus a été planté d’essences horticoles et le rebord de l’esplanade, de tilleuls.
Depuis la face sud du château, une rampe permet l’accès à la terrasse haute et au « chemin paysager » aménagé en 2004/2005. Celui-ci donne à voir les magnifiques huîtres fossilisées (Ostrea atlantica) ainsi que la vallée de Garonne. Datées de 22 millions d’années par les géologues, les huîtres s’étaient installées ici en eau peu profonde, à l’ère Cénozoique. Il est possible de découvrir plusieurs grottes en bordure du chemin, dont certaines ont pu constituer des scènes de rocaille dans le contexte du parc du château, toutes présentant des huîtres fossilisées.

• Etat actuel du site :
Le site est entretenu et fait l’objet régulièrement d’aménagements qui tendent à le valoriser
Le château apparaît dans le paysage de la plaine de Garonne comme un repère, un beau motif ; de plus près, on le découvre comme très « transformé » du fait certainement des nombreux propriétaires qui se sont succédés. L’esplanade du château présente un fort talus planté d’essences horticoles qui tranchent avec le caractère agricole des parcelles qui la borde.
Le parc du château est entretenu, il mériterait un traitement plus léger de tonte et d’élagage. Le bâtiment technique des châteaux d’eau est peu masqué par la végétation et fait l’objet d’incivilité (tags). L’aménagement du « chemin paysager » sur la première terrasse en site permet de découvrir le magnifique banc d’huîtres fossiles au milieu d’une falaise ondulante, festonnée.

Enjeux et préconisations

- Ré-introduire du charme et de la biodiversité en prodiguant un entretien plus nuancé au parc du château.
- Aménager la place de l’église, effacer le revêtement routier au pied de l’édifice et rechercher comme pour l’entretien du parc, de la nuance, du charme et de la biodiversité (améliorer l’insertion paysagère du local technique des châteaux d’eau)
- Recharger les bordures du « chemin paysager » afin de faire disparaître la tranche (coffrage).
- Etendre le site en incluant le coteau , jusqu’à la RD10 afin de maîtriser la qualité du glacis, ou au moins inclure la plate-forme en contrebas qui devait être l’ancien jardin du château.

• Conclusion :
Ce qui frappe de prime abord c’est la dimension paysagère très ample du site malgré un périmètre restreint, avec le panorama exceptionnel sur la vallée de Garonne que l’on peut observer depuis le belvédère de l’église ou bien depuis le « chemin paysager ». A l’inverse, le nez sur la falaise, on ne peut qu’être séduit ou intrigué par la matière étonnante de ces bancs d’huîtres fossilisées avant d’être admiratif de cette curiosité géologique qui s’étend sur environ 150 mètres en contre bas de l’église et du parc du château. Les modifications architecturales sur le château, les extensions bâties et l’entretien trop drastique du parc enlèvent un peu d'authenticité au lieu, mais l’ensemble reste intéressant. Les silhouettes de l’église et du château, entourés par de grands arbres, dressés sur le haut du coteau constituent un motif pittoresque depuis la plaine de Garonne, qu’il soit perçu de la RD 10 ou de plus loin. Cet ensemble serait à préserver par l’extension du site qui viserait à inclure le coteau exposé sud jusqu’aux maisons du village, de manière à garantir la qualité du socle.

Ressources