Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000546 - Partie du canton de Dantes et Juncs de la forêt communale
Procédure  Arrêté 31/01/1941
Acte de classement

Commune(s) d'Aquitaine
SAINT-VINCENT-DE-PAUL  (40)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère
Site d'intérêt pittoresque

Statut de propriété

Type de site
Monuments naturels ponctuels : rochers, rocs et falaises, source, arbres isolés

Superficie: 3.92 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Il s’agit de deux parcelles forestières de la forêt communale de St Vincent de Paul situées au sud de l’Adour, à quelques dizaines de mètres de ses rives. Ces deux parcelles présentent de vieux spécimens de chênes pédonculés. Ces parcelles situées au bord de l’Adour ont dû, par la qualité et la majesté de leurs chênes, émouvoir et susciter l’intérêt pour une protection au titre des sites.
Dans les années 60, la commune avait sollicité le déclassement d’une partie de ce site, mais cette demande n’avait pas reçu de suite favorable.

Etat actuel du site

Les parcelles sont aujourd’hui difficilement pénétrables car envahies de ronces et de régénération feuillue. Les chênes sont toujours présents mais ils ont subi des altérations, certainement à la suite de coups de vent : branches arrachées, quelques individus morts…
Même si les chênes ont perdu une partie de leur houppier, ces deux parcelles forestières se distinguent du reste de la forêt communale par l’âge avancé des arbres et méritent à ce titre d’être protégées.
Les parcelles sont aujourd’hui diffi cilement pénétrables car envahies de ronces et de régénération feuillue.
Les chênes sont toujours présents mais ils ont subi des altérations, certainement à la suite de coups de vent : branches arrachées, quelques individus morts…
Même si les chênes ont perdu une partie de leur houppier, ces deux parcelles forestières se distinguent du reste de la forêt communale par l’âge avancé des arbres et méritent à ce titre d’être protégées.
Des problèmes de sécurité avaient été évoqués il y a quelques années. Or ces parcelles n’invitent pas à la promenade et il
serait étonnant que des promeneurs s’y aventurent.
Enfi n, il semble que la parcelle au nord fasse l’objet de décharges sauvages.

Enjeux et préconisations

La parcelle la plus au sud mériterait une intervention sylvicole en faveur des chênes. En effet, des tiges de frênes montent dans les houppiers des chênes, ce qui participe à faire sécher leurs branches.
Un diagnostic sylvicole permettrait également de préparer la régénération de ces parcelles à l’endroit des chênes morts ou moribonds.

Ressources