Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000543 - Terrasse sud (PAU)
Procédure  Arrêté 27/02/1924
Acte de classement

Commune(s) d'Aquitaine
PAU  (64)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère

Statut de propriété

Type de site
Château, parc et jardin, domaine, allée d'arbres, square

Superficie: 13.78 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Remarque : Cette fiche s’intéresse à l’ensemble des sites de PAU.

Caractères : Site paysager de la terrasse du château d’Henri IV (XV e) prolongée par le Boulevard des Pyrénées, balcon construit entre 1869 et 1899 en rive droite du Gave de Pau, sous l’impulsion de la présence anglaise. L’ensemble de ces sites établi un dialogue avec les sites des ‘Horizons Palois’ qui sont installés sur les coteaux de la rive en face.

Le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux Arts a classé en 1924 l’ensemble du Boulevard des Pyrénées (de la Basse-Plante au Parc Beaumont, en passant par le château) « parmi les sites et monuments naturels de caractère artistique ».
Pour les inscriptions de 1944, par le même Ministère, « la conservation présente un intérêt général », (NB : il s’agit aussi bien du site urbain de Pau que des « Horizons Palois »).
En 1974, pour les îlots urbains entourant le château et au pied du Casino municipal, le tout nouveau député maire André Labarrère « a approuvé sans réserve l’extension » proposée par l’Inspecteur Régional des sites dont l’« attention a été attirée sur les nombreux ‘trous’ existants dans la protection du site de PAU, des zones situées entre des parties classées ou inscrites pouvant évoluer anarchiquement, apportant ainsi des nuisances irrémédiables ». Il se réjouit : « nous ne verrons plus l’anomalie consistant à imposer de l’ardoise à un immeuble alors que le voisin, hors des limites du site, se couvrait en tuiles mécaniques ».

Etat actuel du site

Etat actuel des sites classés de PAU :
- Le site classé de la terrasse Sud (27 février 1924) a conservé le caractère de ‘ville verte’ qui fait la réputation de Pau, en grande partie grâce à la vue sur les coteaux et au loin sur les Pyrénées depuis le Boulevard du même nom. (NB cette vue est directement liée aux sites des « Horizons Palois »). On peut néanmoins regretter que le large trottoir du Boulevard du XIX e se soit vu rétréci au profit de plates-bandes de palmiers et de fleurettes... à l’inverse depuis 2004, la circulation a été (presque) supprimée sur une partie de la voie de ce Boulevard (au droit des bars qui le bordent, soit 130m sur 1 km).
- Le site classé du Parc Beaumont (à l’est - 27 février 1924) : comme pour la majorité des plantations réalisées à la fin du XIX e dans la ville, les arbres de ce Parc ont beaucoup souffert de l’absence d’entretien du milieu du XX e ; depuis les années 1995, la ville a pris conscience du phénomène … et si la mise hors circulation automobile devant le Casino est judicieuse, il n’en est pas de même de l’initiative malheureuse de la roseraie ( en partie à l’ombre !) qui a transformé la fin du Boulevard des Pyrénées en petit square banal qui ignore les vues lointaines qui ont justifié sa création en 1880.
Par ailleurs la construction d’un hôtel 4* en 2003 (dans la partie Nord-Est près du trinquet existant, à la place des tennis en terre-battue datant du début du XXe) s’est faite sans égard pour le patrimoine arboré.

Les 2 sites suivants (à l’ouest) appartiennent au Domaine National du château de Pau et sont donc gérés par la DRAC Aquitaine, sous la Maîtrise d’œuvre de l’ACMH.
- Le site classé de la Basse-plante (27 février 1924 ) a été entièrement remodelé (pour retrouver un tracé proche de celui qui existait sous Henri IV), ses arbres abattus et replantés en 1998. Seule la clôture reste à réaliser aujourd’hui.
- Le site classé du grand Parc du château (23 ha - 27 février 1924) est un parc boisé qui a énormément souffert du manque d’entretien pendant une cinquantaine d’années (haies de buis moribondes ou ‘montées’ en arbrisseaux, arbres malades...) . Les arbres (chênes, hêtres..) ont subit la tempête de 1999 et les fortes chaleurs des années suivantes, si bien qu’une campagne d’abattage a dû être effectuée depuis l’an 2000 et qu’il ne reste aujourd’hui que peu d’arbres adultes ; on note une assez bonne régénération naturelle et un programme de replantation d’arbres et de linéaire de haies de buis est en cours. Site Natura 2000.

Les sites inscrits :
- Jardins de la gare et square Aragon (16 février 1944), et théâtre de verdure (16 février 1944) mêmes remarques pour l’entretien inexistant pendant une longue période, d’où un patrimoine végétal vieillissant, excepté la palmeraie de la gare régulièrement régénérée.
Ce sont des sites qui participent pleinement à la qualité de la vie de la ville : un funiculaire (gratuit) et les ‘sentiers du Roy’ relient en serpentant le cœur de la ville haute, à la gare, près du Gave. Pendant l’été le théâtre de verdure est le siège de nombreux concerts en plein air.
- Parc du lycée Louis Barthou (16 février 1944), il contribue – bien que n’étant pas public – à ‘donner de l’épaisseur’ au Parc Beaumont dans sa partie ouest (notamment au niveau de l’entrée du Casino) ; là encore existe le problème du patrimoine végétal vieillissant.
- Abords du Palais National (19 avril 1944) et du Parlement de Navarre (siège actuel du Conseil Général des P.A.) sites urbains de ruelles pittoresques pavées dans les années 1990, avec de nombreuses terrasses de restaurants.
- Zones urbaines au nord et au sud du château (2 mai 1974) : au pied du Parlement de Navarre et du château, à la place d’une ancienne brasserie, se sont construits en 2000 les locaux du Conseil Général des P.A. ; ce grand parallélépipède de verre a une partie de sa construction intelligemment adossée à la falaise, mais les accès publics sont peu lisibles et les jardins qui l’accompagnent sont tournés sur eux-mêmes et ont des liens très ténus avec le réseau de sentiers existants.
- Place de Verdun (16 sept 1942) dite « Haute-Plante » : anciens vergers et bosquets du roi Henri IV. Dimensions : 350 m x 250 m, soit près de 9 ha. C’est aujourd’hui une très vaste esplanade servant, pour partie de terrains d’entraînement de sports dans le tiers ouest, tout le long de la caserne Bernadotte, et pour les deux autres tiers d’aire de stationnement (1 000 places + autobus). Elle est bordée sur 3 côtés (comme un ‘U’ faisant face à la caserne) d’un double alignement de platanes qui semblent correctement suivis sur le plan phyto-sanitaire. C’est le lieu d’accueil des grandes manifestations de plein-air très proche du centre-ville (cirque, feu d’artifice, fête foraine, ‘carnaval biarnès’ ..).
- Place Gramont (15 mars 1958) grande place rectangulaire ordonnancée, en forte déclivité et bordée d’arcades inaugurée en 1838. Elle est plantée de Magnolias persistants sur les contre-allées hautes et ornée de 4 bassins dans les années 1980.
- Allées de Morlaàs (12 sept 1945), site très excentré. Ancien bois communal c’était le chemin qui conduisait à Morlaàs, capitale du Béarn. Les allées sont une promenade rectiligne, horizontale, de 1 km de long, avec 2 contre-allées à sens unique (où circulent les automobiles, le long des immeubles qu’elles desservent) et une large allée centrale en stabilisé - hors circulation automobile - bordée de chênes et séparée des routes en enrobé par des fossés enherbés. Les allées se terminent, vers la route de Tarbes, par une place circulaire ( ‘le rond-point’) qui fait également partie du site inscrit.
Un double alignement de chênes du pays y a été planté en 1775. Aujourd’hui on voit, peu à peu, ces arbres séculaires mourir, quelquefois victimes de mauvais traitements (tailles drastiques années 70-80). Ils ont été remplacés, au coup par coup, avec plus ou moins de bonheur, (quelquefois par du chêne d’Amérique !…).
C’est un lieu de promenade prisé des palois pour son ombrage, sa facilité de parcours, sa simplicité et sa quiétude ; le centre du rond-point est toujours un lieu de rendez-vous des boulistes.

Enjeux et préconisations

Généralités : Une attention particulière doit être portée au patrimoine arboré. D’ailleurs, la ville de Pau a pris conscience de l’obsolescence de ce patrimoine : un plan de gestion est en cours.

Abords du château et de la terrasse Sud :
- Au Sud, le paysage qui s’offre à la vue au premier plan est le Gave de Pau (l’eau, les berges et un front construit) qui n’est pas protégé. Cette absence de protection est d’autant plus étonnante que de part et d’autre du château les saligues et le golf sont inscrits au titre des ‘ Horizons Palois ’.
- Pour les zones urbaines, au Nord et à l’Est du château : une ZPPAUP vient d’être approuvée.
- La terrasse Sud : le site classé est réduit à une bande très ténue qu’il semblerait bon d’étendre aux terrasses Sud en contrebas du Boulevard et du Parc Beaumont.
- Le long du Boulevard des Pyrénées, se trouve une série de plaques d’orientation qui indiquent le nom des pics sur la rambarde du Boulevard. Malheureusement la vue est quelquefois masquée vers les montagnes et le paysage des ‘Horizons Palois’, par certains conifères et par le sommet de l’alignement d’arbres (platanes) de la rue de la gare. Il serait bon de définir la hauteur idéale de ces arbres qui, par ailleurs, ont le bon goût de cacher les immeubles de la rive gauche à Jurançon. C’est le paratonnerre de la cheminée de l’ancienne gare des tramways qui sert de ‘viseur’ à cette table d’orientation très particulière, et il n’existe aucune protection sur cet élément primordial de la compréhension du paysage .

Ressources

« Pau pas à pas » Michel FABRE -1985 - édition HORVATH
« Domaine National de Pau , étude préalable à la restauration - 1- approche historique » - 1996 - Bernard VOINCHET . A.C.M.H.