Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000541 - Horizons palois : parc de la propriété dite "Villa Nirvana"
Procédure  Arrêté 18/04/1944
Acte de classement

Commune(s) d'Aquitaine
GELOS  (64)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère

Statut de propriété

Type de site
Ensemble concernant le premier plan du célèbre panorama du Boulevard des Pyrénées à Pau

Superficie: 9.88 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Cette fiche traite de l’ensemble des sites des Horizons Palois, soit les sites :
* Terrains dits du golf , à Billère (site inscrit)
* Saligues bordant le Gave de Pau , au pied et en amont de PAU (site inscrit)
* Parcs de châteaux : Rive droite du Gave de Pau - Franqueville (site classé)
* Coteaux de Jurançon : Perpignaa (site inscrit)/Castel-Forgues (site inscrit)/Ollé-Laprune (site classé)/Domaine de Mont-Riand (site inscrit)/Clos Henri IV (site classé)
* Coteaux de Guindalos : Domaine de Guindalos (site classé) /Villa Montrose (site inscrit)/Domaine dit Le Vignal (site classé)/Villa Estefani (site classé)/Villa Nirvana (site classé)
* Vallée Heureuse/La Tisnère (site classé)/‘Le Tinot’ (site inscrit)/domaine Montfleury (site classé)
* En amont du gave : Chazal (site inscrit)

Le rapport daté de janvier 1944 préalable à la protection de ces sites indique :
« La plus belle vue de terre que j’ai vue dans le monde » selon Lamartine, mais citée aussi par Stendhal, Taine ou Maurice Barrès.
Depuis le balcon constitué par la promenade du boulevard des Pyrénées (du Parc Baumont jusqu’au Parc Boisé du Château de Pau et de ses abords, en passant par les terrasses et talus plantés, en contrebas), trois plans très équilibrés s’étagent et se répondent : le gave et sa saligue, en bas, les collines boisées du piémont, en face (villas et châteaux qui regardent la ville), montagnes bleutées et enneigées au loin.
La protection vise à la conservation des caractéristiques du balcon et des deux premiers plans, les plus rapprochés.

Etat actuel du site

Verte capitale de la non moins verte région du Béarn, Pau s’enorgueillit de l’écrin de verdure que présente sa façade Sud, tournée vers les Pyrénées.
Au début du XIX e siècle son destin fut bouleversé par l’arrivée d’anglais à la recherche d’un climat plus doux que celui des Iles Britanniques pour leurs villégiatures hivernales… (un hiver doux , souvent ensoleillé et peu venté). L’engouement qui fit de Pau, une « ville anglaise » grosso-modo de 1820 à 1930 poussa les édiles à « œuvrer en priorité pour les étrangers » ; le Boulevard des Pyrénées, devenu l’emblème de la ville, en est l’exemple le plus frappant. C’est aussi à cette époque que se construisirent les nombreuses « maisons de plaisance » qui émaillent Pau et les coteaux environnants (325 villas à la fin du XIX e !).
C’est la vue depuis ce Boulevard et les sites de certaines de ces villas qui constituent l’ensemble des «Horizons Palois » : face à la ville, les villas de plaisance s’égrènent sur la crête des coteaux verdoyants de Jurançon, Guindalos, Bizanos et Uzos.
Ces châteaux sont installés en léger contre-bas de la crête, tournés vers la ville (la façade principale étant alors orientée au Nord, excepté celui de Franqueville), à une altitude
supérieure à celle du Boulevard des Pyrénées (à environ + 70m). Cette situation privilégiée permettait des échanges visuels « de château à château » … la vue passant aisément par-dessus les faubourgs humides et insalubres. Ainsi, le dialogue pouvait s’instaurer entre gens du même rang, sans être troublé par « le petit peuple ».
* Le site inscrit du golf : premier golf du Continent, installé en 1856, sur la berge du Gave, en rive droite, à l’aval du centre-ville, il jouxte le Domaine National du Parc du château de Pau (site classé).
* Le site inscrit de la saligue des berges du Gave de Pau s’étend de part et d’autre de la rivière. La saligue est réduite aujourd’hui à un fin cordon de végétation, elle est inscrite sur une longueur d’environ 3,5 km et ne subit que de façon modeste aujourd’hui les caprices des eaux du Gave. Un système de modification de la végétation spécifique des berges ( = saligue) est engagé depuis les 30 dernières années.
* Les sites des châteaux
Conception des jardins paysagers tels que les ont élaborés les anglais en Béarn : la gentry venait passer ici la saison hivernale (octobre -> avril), aussi les essences choisies étaient elles à base de persistants (présence végétale malgré la saison d’hiver), le Nord de la villa (souvent l’entrée) est toutefois plantée de feuillus (pour ne pas apporter trop d’humidité) ; au Sud, de part et d’autre d’une vaste pelouse dégagée, s’épanouissent conifères et arbres d’essences « exotiques » accompagnés de massifs d’arbustes persistants à la floraison - tout au plus - printanière. Les anglais, épris de botanique, sont donc à l’origine de la mode des camélias, nandina, laurier-tin, rhododendrons… et aujourd’hui, plus de 170 ans après leur plantation, ce sont surtout les grands conifères (cèdres) qui soulignent la présence des villas de plaisance.

Enjeux et préconisations

* Le site inscrit du golf : le village.
* Le site inscrit de la saligue des berges du Gave de Pau :
Le gave est maintenu dans un chenal, la saligue est dégradée. La gestion de ces milieux très particuliers doit être prochainement prise en compte dans un Document d’Objectif élaboré au titre de Natura 2000.
* Les sites des châteaux
De nombreux châteaux et leurs parcs attenant ne sont pas encore protégés ni même répertoriés , à noter par exemple : quelques châteaux à Trespoey, dont la Villa Navarre qui , vue depuis Franqueville est en quelque sorte « le symétrique », à l’Est, de la silhouette du château de Pau à l’Ouest …, Beterette dans la Vallée Heureuse, Les Astous et le Sarrot route de Gan, Clos Touzet à Jurançon , etc…
De façon générale, la trace des parcs du XIX e est visible dans toute la ville de Pau et dans ses premiers quartiers périphériques (quartier Trespoey en particulier) les parcs n’ont la plupart du temps pas été entretenus, mais ce sont des conifères, et plus particulièrement de majestueux cèdres qui forcent l’admiration de près, et attirent le regard en servant de repère, en vision lointaine .
* Le site classé de Franqueville a été touché et en partie amputé par le passage de la rocade. Bien que la continuité physique ait été rétablie entre les 2 parties du parc classé (restauration du début du « chemin Henri IV » - Pau , lac de Lourdes par les crêtes), ce site mériterait un agrandissement conséquent de sa surface dans la logique des versants boisés dont il n’occupe aujourd’hui que le sommet.
* Les sites de coteaux au Sud de la ville de Pau : un enjeu urbanistique fort pour la ville de Pau et un système de réciprocité des vues :
- depuis Pau vers les coteaux
- depuis les coteaux vers Pau
sont les caractéristiques principales de ces paysages des « Horizons Palois ». Aussi une attention particulière doit être portée à l’évolution de ce paysage d’où, non seulement, l’on voit loin mais … qui est lui-même le point de mire de tout un ensemble paysager (site urbain de Pau).
Sur les coteaux, à proximité des sites, quelques constructions récentes entachent l’homogénéité des versants boisés.
Dans la vallée du Gave, l’agglomération de Jurançon / Gelos / Billère / Bizanos forme un « magma » horizontal et relativement neutre au-dessus duquel passe le regard.
C’est dans le cadre large du SCOT de Pau et plus précisément dans celui des PLU de chacune des communes concernées que la cohérence de ce paysage devra être prise en compte, l’outil du Plan de Paysage semblant être le mieux adapté.
A noter toutefois que la vue depuis le Boulevard des Pyrénées est quelquefois masquée vers les montagnes et le paysage des ‘Horizons Palois ’ par certains conifères et par le sommet de l’alignement d’arbres (platanes) de la rue de la gare. Cet alignement est soumis à un entretien pour le moins capricieux et il serait bon de définir une fois pour toute la hauteur idéale de ces arbres.

Ressources