Haut de page

FICHE | Site classé - SCL0000532 - Vallée du Valentin
Procédure  Arrêté 14/08/1959


Commune(s) d'Aquitaine
EAUX-BONNES  (64)
Commune(s) hors Aquitaine
---
Autre zone
---

Critère

Statut de propriété

Type de site
Sites naturels - grands ensembles paysagers

Superficie: 59.16 hectares
 (superficie calculée par la méthode cartésienne sur la donnée géographique en projection légale Lambert 93)

Motivation de la protection

Une note du sous-Directeur des Monuments Historiques et des Sites indique : « dès le 21 juin 1957, la CDS s’était émue de la situation et avait proposé le classement de la Vallée pour pouvoir juridiquement s’opposer, dans ce site remarquablement pittoresque, sur un passage très fréquenté de la route des Pyrénées, à des installations électriques qui n’auraient pas l’agrément du service des Sites ». Le président de la Société Hydrominérale des Basses-Pyrénées précise « le projet, dont l’essentiel est la captation du Valentin, aurait pour effet la disparition quasi-totale de la cascade du Valentin qui est une des plus belles de la région et qui, située aux Eaux-Bonnes même, constitue sans doute le plus beau charme de ce petit pays ».
On peut aussi lire par ailleurs sous la plume de Mr le Maire (Faure) opposé à la création du barrage que, outre la question des eaux thermales, « les égouts de la station se déversent tous dans le Valentin et risquent par le manque d’eau de stagner, de polluer et de créer des épidémies ».
Le rapport daté de juillet 1959 préalable à la protection de ce site indique : « les pentes des deux versants descendant sur le Valentin sont très abruptes et leur boisement constituant une parure naturelle qui donne toute sa valeur au site. Ce site en effet est celui d’un torrent aux nombreuses cascades se précipitant dans un val resserré et planté d’arbres au-dessus desquels se détachent les sommets neigeux des Pyrénées. (…) cette limitation du site préserve une partie des cascades principales (…) ainsi que les promenades qui y conduisent à partir de la station thermale des Eaux-Bonnes : le parc thermal avec la butte aux trésors y sont également inclus, ainsi que le parc du Casino ».

Etat actuel du site

La ville thermale des Eaux-Bonnes est desservie par la « Route Impériale » (Napoléon III) dont la qualité du tracé et des ouvrages d’art en montagne est reconnue.

Deux parties distinctes pour ce site classé :

- La ville proprement dite est exclue du site mais en position centrale. Autour d’une esplanade de 250m de long se dressent des hôtels (plus ou moins désaffectés) qui campent un décor très caractéristique des villes thermales du Second Empire. C’est de là que partent de nombreuses promenades :
- derrière le Casino : promenade horizontale (1 700 m), promenade Grammont (1 500 m) et promenade Jacqueminot (-> plateau de Gourzy à 2h 30).
- au-dessus de l’établissement thermal : promenade de l’Impératrice (1 500 m) et promenade Enard (500 m).
- vers le ruisseau de Valentin : promenade de la cascade (200 m) et promenade Orteig (100 m).
- vers la rive droite du Valentin : l’ancienne promenade de Aàs (à 1 500m du pont de Aàs).
Ces promenades étaient longées de haies de buis et de murets de soutènement en pierres (amont / aval + caniveau ), quelquefois d’alignement d’arbres. La promenade de l’Impératrice est la plus majestueuse : en balcon sur la ville et ponctuée de 2 points forts : la butte au Trésor et la gloriette Nord qui sont des repères visuels importants depuis le centre-ville.

- La vallée du Valentin en amont des Eaux-Bonnes suit la Route Impériale sur environ 2 km de long en versant boisé et humide exposé Nord. Elle a des caractéristiques accentuées de torrent de montagne qui ont attisé les convoitises des compagnies hydroélectriques. Les petites parcelles classées deci-delà à l’est qui semblent peu cohérentes avec le territoire, correspondent à celles dont les propriétaires ont adhéré au classement en 1959…

Enjeux et préconisations

L’ensemble de la ville thermale peut être embrassé d’un seul regard depuis la rive droite du Valentin sur la route de Aàs… c’est dire que la vue dans l’autre sens, depuis les Eaux- Bonnes, fait entièrement partie du paysage du site classé alors qu’il ne bénéficie d’aucune protection. A noter que le village de Aàs, (réputé par ailleurs pour ses bergers siffleurs), est très pittoresque et qu’il compose avec son quartier de granges et ses prés ensoleillés exposés Sud (appelés ‘la Montagne Verte ’) un résumé de l’économie montagnarde du plus grand intérêt ; aujourd’hui, la pression foncière commence malheureusement à s’y faire sentir.
Le réseau des promenades thermales est de moins en moins lisible par manque d’entretien : les petits soutènements et murets se délabrent, le ruissellement fait des dégâts sur les chemins, certains arbres vieillissants représentent un danger pour la route et la végétation occulte par endroits certaines perspectives et points de vue ou bien, après une coupe à blanc inopportune (promenade Gramont, derrière l’église), n’assume plus son travail de soutènement des terres. Il est urgent de mettre en place un plan de gestion de la végétation et de restaurer les petites maçonneries si caractéristiques (et utiles !) de ces promenades.

Ressources

‘ Le Voyage aux Pyrénées, ou la Route thermale ’ - IFA et randonnées pyrénéennes sous direction de Lise Grenier – 1987
‘ Les Eaux- Bonnes, station thermale des Pyrénées ’ DRAE Aquitaine - étude de site 1986
‘ Etude pour la réhabilitation des promenades thermales ’ – Morel Delaigue Paysagistes - mai 1998
ZPPAUP et PLU en cours 2007 - A. Vannel- Duluc